Chroniques d’un retour au pays Natal : New Year, Same Me #1

Je suis arrivée il y a quelques jours dans mon pays natal après presque 6 ans d’absence. Six années qui m’ont semblées être une éternité. J’ai eu la chance de croiser ma famille ici et là, en Amérique du Nord et en Europe mais je dois avouer que la mère patrie me manquait. J’avais hâte de retrouver ma ville de naissance, de déambuler dans ses rues où j’ai grandi, de me ressourcer.

J’avais besoin de retourner à la source, là où tout a commencé il y a 3 décennies et des poussières pour moi. J’avais besoin de retourner sur mes pas ; de faire une introspection, de me regarder sans filtre et porter un regard honnête sur moi-même.

2017 a été une phénoménale (on en reparlera… ou pas) mais je dois avouer qu’elle m’a mise sur les rotules aussi bien physiquement que moralement. J’avais besoin de rentrer à la maison pour comprendre, et apprendre à aimer celle que je suis devenue au fil du temps. Arpenter les chemins qui m’ont vu grandir, retourner dans ces lieux qui m’ont construite, mais parfois brisée aussi. J’en avais besoin pour accepter et faire correctement le deuil de toutes ces choses après lesquelles je courais et qui ont fini par m’abîmer et me brûler les ailes.

Ouvrir grand les yeux et me vêtir d’humilité pour me pardonner tous mes actes manqués. Me pardonner de ne pas avoir été l’enfant sage, la grande sœur idéale, la mère parfaite. Accepter et pardonner pour ne pas oublier, pour ne pas refaire les mêmes erreurs. Retourner sur mes pas pour accepter que je suis vulnérable, que ma force ne se mesure absolument pas à l’intensité de la peine que je peux endurer en silence. Accepter que je peux et que je dois demander de l’aide quand le quotidien se fait trop lourd et que cela ne fait pas de moi une personne faible. Ouvrir mon âme, mon esprit et mon cœur pour me comprendre, m’accepter et me nourrir de moi, la vraie moi ; l’enfant sensible, l’adolescente complexée, la vamp femme romantique, la mère angoissée. Accepter toutes ces versions de moi et les aimer pour ce qu’elles sont. Reconnaitre que leurs cicatrices ne sont pas uniquement le témoignage des blessures de mon âme, mais aussi et surtout la preuve que j’ai survécu.

Reconnaitre mes échecs et les assumer mais aussi et surtout célébrer mes victoires. Accepter que la perfection n’existe pas; reconnaitre que mes accomplissements ne sont certes pas parfaits mais  qu’ils sont quand même extraordinaire.

Je voulais aussi fuir Montréal et ses températures négatives et voir cet astre merveilleux que l’on surnomme soleil profiter de mes proches.

Je suis heureuse de passer les fêtes de fins d’années loin de la neige et du froid dans ma famille entourée de gens que j’aime et qui compilent photos et vidéos dossiers sur ma gueule pour me faire chanter plus tard . Nous avons eu une série de fêtes familiales qui m’ont rappelée la chance que j’avais d’avoir évolué dans un environnement où le privilège qui consiste à avoir du personnel de maison est considéré comme une chose tout à fait normale privilégié et entourée de proches bienveillants. Le fait de passer du temps avec mes tantes m’a rappelée la beauté de la société matriarcale (et non ça ne signifie pas domination des femmes sur les hommes) d’où je viens.

J’avais hâte de voir ma fille trainer dans les long couloirs de la maison familiale, de la voir dormir dans cette chambre qui a jadis abrité l’enfant que j’étais. J’étais pressée de retrouver ma famille, mes tantes, mes cousins, mes cousines, ces enfants qui sont aujourd’hui des adultes et je ne suis pas déçue…

J’ai croisé et je croise encore beaucoup de visages familiers et ça fait du bien. J’ai aussi retrouvé cette joie de vivre et ces éclats de rire spécifiques à mon pays natal. Pas plus tard qu’hier, j’ai croisé un vendeur ambulant qui m’a offert un joli bracelet juste pour le plaisir d’offrir et le tout sans rien demander en retour. Je suis entourée d’ondes positives, de gens qui sourient sans raison particulière, de personnes qui ont choisi la bonne humeur malgré les difficultés et les vicissitudes de la vie parce que ça fait du bien d’être heureux.

Ce voyage  me fait beaucoup de bien et je suis heureuse de vivre ces petits bonheurs de la vie qui me rappellent qui je suis et d’où je viens…

Je vais conclure ce billet par deux choses :

  • Merci à vous qui me suivez. Ce blog m’apporte énormément malgré les criss** de put**n de trolls. Merci pour votre bienveillance, votre gentillesse et vos gentils mots pour prendre de mes nouvelles lorsque le quotidien prend le dessus et m’oblige à me faire discrète ici. Vous êtes AMAZING il fallait que le place c’est le cas de le dire !
  • Je vous souhaite une année extraordinaire à vous et vos proches. Que la vie vous apporte une pluie de bénédictions. J’espère que tous vos projets se réaliserons et que vos bonnes résolutions tiendront au moins jusqu’au 1er février !

HAPPY NEW YEAR Y’ALL !!! 🙂

 

La photo est de moi et j’en suis très fière 😀

Publicités


Catégories :Une vie de Gaou

Tags:, , , , , , , ,

12 réponses

  1. Profite bien de ce retour aux sources, ca fait du bien parfois de voir tout le chemin qu’on a traverse 🙂

  2. Encore une fois un merveilleux récit, écrit avec le coeur et beaucoup de passion. Une très belle année à toi et encore pleins de nouvelles aventures à venir.

    De la part d’une canadienne qui a quittée ce froid polaire!!!

  3. Bonne année Ms Gaou ! Profites-en à fond, ça fait un bien fou parfois un petit retour aux sources. J’ai lu un peu tes déboires des derniers mois et ça me fait plaisir de voir que tu as « l’air » épanouie (enfin tes mots quoi, je me comprends lol). Fais le plein d’ondes positives. Bisous, Amy

  4. Profite bien de cette cure de jouvence. Je te souhaite une belle et heureuse année pour toi et ta tribu. Bravo et merci pour la photo.

  5. J’avais déjà lu ce billet mais le 2 janvier 2018 j’etais au 36 eme dessous. Aujourd’hui je le relis et j’en ai les larmes au yeux tellement c’est beau. Bon six mois se sont écoulés mais je tenais quand meme a le dire, très très très belle année 2018. Et merci pour ces mots qui me font echo et qui sont si touchant

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :