Ce que j’ai appris en observant ma fille…

friends-holding-hands-black-and-white-58299f8eb076e8bbc749b8876e01dc53

Mon père m’a dit un jour qu’il avait vraiment commencé à grandir le jour où je suis née. Je n’avais pas compris le sens profond de cette déclaration avant de devenir mère à mon tour. Je n’étais pas une enfant quand Mam’zelle G est née  je dois avouer que certaines rides et la cellulite sont arrivées en même temps qu’elle et les nuits sans sommeil mais je grandis et j’apprends beaucoup avec et grâce à elle.

 

En début d’année scolaire, elle a eu affaire à ce qu’on appelle ici un bully. Il s’agit d’une de ses camarades de classe qui la harcelait. Elle rentrait tous les jours avec des histoires insupportables et beaucoup de stress. L’histoire était rendue à un point où la directrice a dû convoquer les parents de cette enfant pour leur parler en présence d’un pédopsychiatre. L’école avait même envisagé de changer de classe à la puce mais ils ont abandonné cette option quand ils ont vu que la petite harcelait ma fille aussi bien en classe que pendant la récréation.

En tant que maman, j’ai beaucoup de mal avec ce genre de foutaises choses. Je ne supporte pas que l’on s’attaque à ma progéniture ; j’ai beaucoup de mal à garder mon calme et ce quel que soit l’âge de « l’agresseur ». D’autant plus que dans ce cas précis, la gamine en question est plus âgée que ma fille et ne s’est jamais excusée auprès de la puce. L’école nous a fait suivre un mot mais nous n’avons absolument RIEN reçu indiquant que la gamine regrettait ses gestes très violents et ses propos vraiment durs.  Mon cœur de mère a saigné tous les jours pendant cette période qui m’a semblé interminable. Tous les matins j’allais déposer mon enfant à l’école avec la boule au ventre. Je rageais d’être aussi impuissante; incapable de protéger la chair de ma chair de ce monde cruel où nous vivons. Les enfants sont méchants entre eux, j’en sais quelque chose car j’ai été à l’école en France pendant un an dans les années 80; j’étais la seule noire dans ma classe. J’en ai entendu des vertes et des pas mûres sur ma soi-disant vie dans la savane de la part de mes camarades ; j’avais aussi droit à toutes sortes d’imitations de cris de singe quand je prenais la parole. J’étais obèse pendant mon adolescence, chose qui a rendu mes années au lycée assez épouvantables.  Je suis certaine que j’ai moi aussi vexé d’anciens camarades. Bref, tout ça pour dire que je sais que les enfants font parfois preuve de cruauté et je n’en veux pas à la camarade de ma fille mais vu de mon siège de maman, la couleuvre était très difficile à avaler. Ce sentiment d’impuissance que j’ai ressenti face à la douleur de mon enfant est l’une des pires choses qui me soit arrivée dans ma courte vie.

Le problème a fini par être réglé et les choses se sont calmées. L’intervention de l’école a porté ses fruits et ma fille a retrouvé une vie scolaire et sociale normale. Nous n’avons plus reparlé de cette histoire et je l’avais presqu’oubliée, jusqu’à hier. Hier je discutais avec Mam’zelle G qui me disait qu’elle souhaitait inviter quelques copains à venir jouer avec elle à la maison, ce à quoi j’ai répondu qu’il fallait qu’elle me fournisse les noms de ses petits camarades afin que j’appelle les parents pour tout arranger. Jusque-là rien d’extraordinaire me direz-vous; je vous laisse donc imaginer ma surprise quand j’ai retrouvé le nom de la petite bully tout en haut de la liste.  Ma première pensée  a été d’interdire à ma fille de l’inviter.  Mais je ne lui ai rien dit. Je lui ai juste demandé si elle voulait vraiment la recevoir. Elle m’a répondu par l’affirmative. J’étais quand même intriguée qu’elle puisse compter cette camarade qui lui avait donné  du fil à retordre et qui l’avait énormément fait pleurer parmi ses amis…

– Tu es sûre que tu veux l’inviter? Une fois que j’aurais appelé ses parents ce sera difficile de la « désinviter » ma chérie.

– Oui je suis sûre, ne t’inquiètes pas maman, on est vraiment amies. Il n’y a plus de problèmes entre nous. Je lui ai pardonné ; même si elle a été très méchante avec moi au début, ce n’est pas une méchante personne. Elle se comportait mal parce qu’elle était triste mais maintenant c’est fini, c’est mon amie…

Je suis restée sans voix face à sa déclaration. Il est vrai que certains actes que nous posons et qui peuvent blesser les autres sont souvent le fruit de nos propres souffrances et de nos propres insécurités. Je maintiens cependant que l’être humain est décevant, c’est sa nature profonde. Certains sont justes méchants; Scar si tu nous lis je pense notamment à toi ; tu n’avais aucune raison de tuer Mufasa connard…. oui , je suis aussi psychologue de comptoir à la clinique du gossip à mes heures perdues.

J’avais oublié à quel point le pardon est un acte important et nécessaire, il a fallu que ma fille me le rappelle. Ce matin alors que je la regardais s’éloigner vers la cour de l’école en tenant par la main la petite fille qui lui tirait les cheveux et la traitait de tous les noms il y a encore quelques semaines, je me suis souvenue que ma grand-mère disait que ne pas savoir pardonner c’est s’empoisonner en pensant que c’est l’autre qui va mourir…

 

 

Source de l’image ici

Publicités


Catégories :Le coins des petits Gaous

Tags:, ,

20 réponses

  1. c’est vrai que vivre sans le pardon nous gàche la vie et nous « pèse » toujours…

  2. Merci à ta filles pour cette belle leçon de vie.

  3. J’aime et je partage ! Les enfants font parfois preuve de sagesse et d’une folle maturité ! c’est beau

  4. On apprend en effet beaucoup par nos enfants. Je dois dire que ta petite est super. Elle doit ressembler à sa grand-mère. J’ai parfois du mal à oublier, pardonner est plus facile. Les enfants sont meilleurs que les adultes quand il faut avancer. Bel exemple en tous cas.

  5. Ne pas savoir pardonner c’est s’empoisonner en pensant que c’est l’autre qui va mourir.
    Que rajouter à ça?
    J’avoue j’en ai ras le bol parfois devant les situations d’injustice (pendant les jeux) où ma fille avec son cœur d’enfant attend et accepte ou demande encore et encore. Le genre de situations dont j’aimerais l’épargner et devant lesquelles je ne peux que prier que son cœur d’enfant le reste.

    • Tout a fait d’accord. J’enrage parfois de la voir si comprehensive mais quand je me pose un peu et prends du recul je realise que c’est elle qui a raison finalement. La vie est trop coutre pour s’empoisonner avec de la rancune! Merci pour ton partage d’experience ! 🙂

  6. les mots de ta grand-mère sont forts… et je viens de me prendre une belle claque grâce à ses mots et la leçon de vie de ta fille!! Je partage!

  7. Je viens de me prendre une sacrée claque avec les mots de ta fille ! Que rajouter ? Elle est formidable cette enfant !!!

  8. J’admire ta fille, pas sûre que je serais capable d’agir de la sorte et pourtant je suis adulte depuis longtemps ….

  9. Magnifique cet article et ce geste que ta fille a eu… Elle a sûrement des modèles « amazing » 😉 Merci d’avoir partager cette histoire.

  10. Ta fille m’a laissé son voix et les mots de ta grand-mere me font quelque chose. Moi adulte a du mal à appliquer ce que ta fille a su faire… besoin d’y travailler encore et encore…

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :