C’est quoi la qualité de vie?

cocktailJ’ai eu une conversation intéressante avec une de mes voisines sur la qualité de vie. Elle disait qu’elle avait une excellente qualité de vie ici et que pour rien au monde elle ne quitterait cette ville. Je précise qu’elle a toujours vécu ici. Elle est née à Montréal et n’en a jamais bougé de sa vie.

Elle a ensuite rajouté que de toute façon la qualité de vie au Canada était bien meilleure qu’en France, je ne comprendrais jamais ce besoin qu’ont certains ici de vouloir toujours tout ramener à la France. Elle a tout à fait le droit d’aimer sa vie ici ; en revanche je ne vois pas ce que la France vient faire dedans alors qu’elle n’y a jamais vécu . Enfin bref, passons…

Elle a fini en affirmant qu’elle était certaine que ma qualité de vie ici était forcément meilleure qu’en France.

Ce n’est pas la première fois qu’on me dit que MA qualité de vie doit être bien meilleure au Canada qu’en France. Ce constat me fait toujours tiquer parce que je me demande sur quelles données les gens qui ont très peu bougé se basent pour déterminer que la qualité de vie (la mienne) est bien meilleure ici qu’ailleurs.

Quand c’est un organisme qui dit que la qualité de vie en général est bien meilleure dans tel ou tel endroit,, j’imagine qu’il y a des facteurs mesurables et officiels (sondage, évaluation du pouvoir d’achat, espérance de vie..) qui entrent en jeu. Je le comprends et ne le remets absolument pas en question. Ce qui m’interpelle c’est lorsque Monsieur ou Mme XYZ soutient mordicus que MA qualité de vie au Canada est bien meilleure qu’en France. Ça me fait d’autant plus bondir lorsque le dit expert n’a jamais bougé de sa ville et a donc très peu d’éléments de comparaison. Une personne qui affirme que SA qualité de vie est meilleure ici ça ne me dérange pas le moins du monde.

Les gens sont toujours étonnés de m’entendre dire que ma qualité de vie ici n’est pas mieux ou pire que celle que j’avais en France. Elle est différente. Il y a des aspects qui sont intéressants, d’autres un peu moins ; c’est mon analyse, mon expérience…

Selon moi, la qualité de vie (à ne pas confondre avec le niveau de vie) à laquelle on aspire est basée sur des standards personnels et donc subjectifs. Moi je mesure ma qualité de vie selon certains facteurs qui me sont propres :

    • Un emploi qui me permet de toucher un salaire scandaleusement haut épanouissant
    • Un logement de princesse avec 2 salles de bains décent qui ne me coute pas les yeux de la tête
    • Une vie sociale avec des bains gratuits de mojitos bien remplie
    • Un accès facile aux soins
    • La sécurité
    • Avoir un équilibre entre vie professionnelle et vie de famille.
    • Pouvoir voyager facilement.

La liste est non exhaustive et comporte uniquement les facteurs qui sont importants pour moi. La liste de Mr G est complètement différente. Ce qui est important pour lui (en termes de qualité de vie), c’est d’avoir le temps de profiter de la vie. Ça veut dire des horaires de travail adaptés, un équilibre entre vie privée / vie professionnelle et la proximité des proches.

Si on prend en compte ces critères, on comprend aisément que notre qualité de vie pour Mr G et moi, ne s’est pas améliorée en arrivant au Canada ; elle n’a pas empiré non plus. Elle est juste différente.

J’ai beaucoup de mal à définir la frontière entre ma vie pro et ma vie privée depuis que je suis ici ; que ce soit Toronto ou Montréal le rythme est le même. Je travaille parfois les weekends, pendant mes vacances, j’ai des réunions pendant les heures de déjeuner. En France jamais je n’ai eu à répondre à des emails pendants mes vacances. J’ai des amies en France qui sont au même niveau de poste que moi dans des entreprises similaires à la mienne et elles ne travaillent JAMAIS pendant leurs vacances; . De plus elles partent souvent 3 semaines d’affilée  ça ne les empêche pas d’être productives ; ici je n’ai le droit de partir que 2 semaines maximum.
Si je prends uniquement en compte l’accès aux soins médicaux (et le coût) SOS medecins me manque , je dirais ma qualité de vie s’est considérablement dégradée surtout à Montréal. Je ne vais pas m’étendre dans ce billet (on en reparlera) mais c’est pour moi un point important (entre autres) qui me fera quitter cette ville un jour.

En revanche si je me base seulement sur l’aspect recherche d’emploi ou la sécurité, je dirais que ma qualité de vie est meilleure ici que dans l’hexagone. Ayant été immigrante dans ces deux pays, je crois pouvoir dire que je me sens beaucoup plus en sécurité ici et l’accès à l’emploi a été beaucoup plus facile pour moi au Canada qu’en France. En revanche je me sens beaucoup moins protégée ici en tant qu’employée .

Ce que j’essaie de dire avec cette diarrhée verbale ce billet, c’est que selon moi, la qualité de vie est propre à tout un chacun. Mes critères ne sont pas les mêmes que ceux des autres et c’est normal. Chacun voit midi à sa porte comme on dit. Du coup quand on me dit que globalement ma qualité de vie ici doit être bien meilleure ici qu’en Europe parce que voir des écureuils dans son jardin c’est trop de la balle ça me laisse un peu pantoise…

 

Et vous sur quoi vous vous basez pour évaluer votre qualité de vie ?

 

 

Source de l’image ici

Publicités


Catégories :Les Gaous au Canada

Tags:, , , ,

42 réponses

  1. J’ai l’impression, encore une fois, que beaucoup de gens aiment « juger » les autres et leurs manière de voir la vie (je ne parle pas de toi… mais de ceux qui estiment ta propre qualité de vie…). Nous avons longuement hésité à quitter la Belgique (donc moi belge et le barbare français) pour un tas de raisons dont l’aspect « meilleure qualité de vie »… Pour moi cela englobe, le sentiment de sécurité, l’accès à l’éducation et aux soins de santé, la liberté, un bon travail avec un bon salaire (qui me permette de faire ce que j’ai envie… je n’ai pas de besoins luxueux mais j’aime l’idée de pouvoir voyager, m’acheter un truc, etc), l’égalité homme/femme (égalité de traitement, respect, accès aux mêmes droits, etc.), la possibilité d’avoir une vie hors du travail épanouissante avec ma famille et mes amis, un environnement non pollué (oui ça fait beaucoup, je suis certaine que je pourrais encore rouver des trucs ^^). L’homme dit que la qualité de vie en Belgique a changé (pas en bien) depuis son arivée ici (et je veux bien le croire). Perso, ce qui m’empêche de partir c’est que mes parents sont vieux et je n’ai pas envie de les « abandonner »… (surtout si on part à 8000 km) mais c’est un sentiment personnel, je ne juge pas les gens qui partent (je pense que ça me déchirerais le coeur mais que je pourrais le faire)… Par contre le barbare dit qu’en étalant tous les points qui sont importants pour nous, il n’est pas certain qu’on soit mieux ailleurs (et c’est vrai que j’avoue qu’on a de la chance de vivre ici… si on aime la pluie ^^)
    Bisous

    • Quand je lis tes critères pour juger la qualité de vie, j’ai honte de mes standards 😅😅! Je suis impressionnée. C’est vrai que beaucoup de choses jouent dans la manière dont ont voit les choses: le background l’éducation etc.
      Je vais te faire une confidence, il y a des choses qui me semblaient dérisoires avant de partir et depuis que je suis ici, je réalise qu’en fait c’est important pour moi.
      Passe un joli week-end 😘

      • Sinon, concernant la qualité de vie en général, je pense que tu peux à l’aise bloquer le « troling »… ça ne manquera à personne et ta qualité de vie en sera certainement améliorée d’un coup 😉 😉

      • Oui c’est fait. En plus j’ai reçu plein de message de gens qui etaient scandalisés et ne commentaient pas par peur d’être agressés par le troll et ça c’est franchement inacceptable. Je ne voulais pas être dans la censure mais quand on vire dans les attaques personnelles ce n’est plus possible.
        Je te souhaite une excellente semaine! 😊

  2. C’est en effet très personnel la qualité de vie et comme tu le dis si bien, elle est différente en France et au Québec, mais pas forcément meilleure ou pire. En plus, il ya plein de trucs qui s’annulent genre l’accès aux soins est plus facile en France, mais il y a de grosses sommes à avancer et c’est difficile de trouver du soutien moral quand sa famille est l’autre côté de l’Atlantique. Mais bon, globalement je suis satisfaite de ma vie ici.

    Peut-être que la dame a été influencée par le pessimisme français si présent dans les médias?

    • Coucou Cynthia, quelle surprise! Tu es toujours à Paris? Malorie (Leboableu)

    • Sur le pessimisme français et l’autoflagellation qui va avec ? Bonne question et je pense que si les médias (et les premiers à le faire sont les médias français) c’est parce qu’il faut aller dans le sens de leurs clientèles … euh pardon … audimat.

      Sinon, sur ce que j’en pense des éléments à se prendre en compte pour évaluer la qualité de vie ? Je confirme que chacun étant unique et différent, bref, il y a autant d’éléments que de personnes dans ce monde.
      Mais on a, sans doute, tous en commun d’aspirer à la possibilité de profiter de la vie (vs survie), non ?

      • Exactement. Quand je discute avec mes amis, on a tous des aspirations completement differentes et c’est normal! L’essentiel étant de trouver son équilibre.
        Passe un bon week-end 😊

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi! La qualité de vie ici est différente. Pas mieux, pas pire. Je suis contente de ma vie ici tour comme j’étais globalement satisfaite en France et au Sénégal. Si je veux aller plus loin je pourrais dire que j’étais beaucoup mieux à Bordeaux qu’à Paris etc selon mes standards. Les critères sont personnels .
      La dame à basé son opinion sur le fait que « beaucoup de Français viennent à Montréal… »
      Si elle avait dit ça après avoir vécu en France notre conversation aurait été complètement différente!
      Bon week-end! 😊

  3. Je suis tout à fait d’accord avec toi que la qualité de vie est personnelle et les critères sont distincts pour chacun d’entre nous. Je ne saurai pas trop dire quels sont mes critères comme je ne suis pas encore entrée dans la vie active… Encore une fois les gens jugent rapidement à partir de « on dit »

    • C’est ça. Et puis les critères évoluent aussi avec nous. Ce qui était important pour moi il y a 10 ans ne l’est plus forcément maintenant.
      Merci d’avoir commenté 😊
      Passe un joli week-end!

  4. La qualité de vie est l’argument numéro un des expatriés français mais c’est un mythe. Comme Cynthia, je pense que nous avons gagné et perdu à la fois. Le système de santé québécois m’enrage mais je suis heureuse d’avoir une maison suffisamment spacieuse pour y loger ma famille. Côté emploi, j’ai subi le déclassement et 7 ans plus tard, je n’ai toujours pas retrouvé le même niveau de poste mais je n’ai pas à me plaindre car d’autres n’ont pas eu ma chance. Je n’ai encore que deux semaines de congés cette année mais, au moins, on peut partir en vacances pour pas cher car la nature grandiose est à nos portes. Ce qui me manque le plus, ce sont les relations humaines honnêtes et loyales, les amis sincères. Je n’en ai pas encore trouvé ici… Et ça, c’est un argument solide pour le retour…

    • C’est tout à fait ça. Il y a des choses qui sont bien, d’autres un peu moins. J’avoue que j’avais pas mal d’idées reçues par rapport à l’emploi et l’expérience de mon mari a été une douche froide pour nous. Je suis surprise de lire que même après 7 ans tu n’as toujours pas retrouvé ton niveau de poste. Ça n’a vraiment rien à voir avec ce qu’on nous dit avant d’immigrer et c’est dommage.
      Perso c’est vraiment le système de santé qui me stresse à Montréal . J’étais moins inquiète à Toronto c’était scandaleusement cher mais accessible .Je n’ai jamais eu de mal à me faire soigner (même quand j’habitais à Dakar) et du coup j’angoisse beaucoup à l’idée d’avoir un souci.
      En revanche l’accès au logement c’est vraiment un plus ici. Quand je pense au retour, l’idée de devoir louer un appartement en RP me donne des sueurs froides.
      Passe un bon week-end 😊

  5. Hello!
    Comme tu le dis si bien, voyager est nécessaire je trouve pour être en mesure de faire ce genre de comparaison. Sans quoi, tout n’est que supposition. N’être jamais allé en France et prétendre que la qualité de vie là-bas est meilleure (ou pire) qu’ailleurs, c’est un leurre…
    Pour ma part, née au Togo puis ayant fait mes études en France et revenue au Togo pour y travailler et construire ma vie, je dois dire que je suis assez partagée. Au Togo je ne suis jamais stressée ni pressée, je mange plutôt bien (des fruits et légumes frais quand je veux), j’ai le privilège d’avoir un coin de jardin et de pouvoir flâner sur la terrasse si je veux, tout ça, prendre le temps c’est important pour moi. Mais je regrette tout de même la possibilité d’aller au cinéma par exemple, au parc aussi surtout, et le système de santé en France est un privilège!
    Bises à toi.

    • Je suis d’accord avec toi. J’avais fais la même analyse il y a quelques temps par rapport à Dakar. Une maison agréable, la proximité de la famille (qui est un gros luxe) mais il y a aussi certaines choses qui sont plus compliquées les coupures d’eau, d’électricité, le manque de sérieux de certaines compagnies de services etc.
      Au final chaque endroit à ses plus et ses moins, il faut juste trouver celui qui nous convient.
      Passe un excellent week-end 😊
      PS: Je donnerais n’importe quoi pour manger un bon botokoin 😅

  6. Comme à ton habitude, tu dis ne pas vouloir comparer la france et le canada mais c’est pourtant exactement ce que tu fais… et là, tu utilises une notion des plus subjectives comme outil.

    En effet, la QUALITÉ DE VIE (perçue par chacun) est des plus subjective (donc pas du tout scientifique) car elle se fonde beaucoup sur le perçu de sa situation par rapport à celle des autres. Ainsi, un sans abris de montréal trouveras sa qualité de vie très moche en se comparant aux autres citoyens de montréal mais en réalité, sa vie est bien meilleure que celle de beaucoup de citoyens de la planète.

    Par contre, il existe plusieurs indicateurs pour quantifier ces choses de façon scientifique et il suffit d’y accéder sur le web pour trouver réponse à ses questions mais encore faut-il savoir ce que l’on cherche à savoir car les indicateurs sont nombreux et ils touchent plusieurs aspects.

    Classement mondial des villes offrant la meilleure qualité de vivre (Montréal est au 23è rang):
    http://www.mercer.ca/fr/salle-de-nouvelles/les-villes-d-europe-de-l-ouest-dominent-le-classement-mondial-des-villes-offrant-la-meilleure-qualite-de-vie.html

    Classement des meilleurs pays du monde selon US News & World Report (le canada est 2è et la france 8è):
    https://fr.sputniknews.com/societe/201601211021107895-meilleurs-pays-du-monde/

    Les 20 premiers pays selon leur IDH (indice de développement humain)
    (Le canada est 9è et la france n’y figure pas):
    http://www.journaldunet.com/economie/magazine/1170004-classement-idh/

    Il y a aussi les nombreux indicateurs de l’OCDE,
    * En 2014, le canada se classe 5è pour sa qualité de vie, 4è en santé et 4è en sécurité:
    http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/05/06/indicateur-vivre-mieux-ocde_n_5276081.html

    * En 2015, le canada se classe 10è pour la qualité de l’éducation dans ses écoles alors que la france est au 23è rang:
    http://www.i24news.tv/fr/actu/international/71133-150514-les-pays-asiatiques-au-sommet-du-classement-mondial-des-meilleurs-ecoles

    • J’ai beau relire le texte, je ne vois pas où j’ai dit que je ne voulais pas comparer mais comme tout le monde, tu as le droit d’avoir ton interprétation. Comme je le précise à chaque fois, mon blog est un blog d’humeur, c’est mon espace, j’y relate mes experiences, mon point de vue; ce n’est pas un site officiel sur l’immigration et encore moins un blog scientifique. Comme tu le dis si bien dans ton commentaire ceux qui veulent des données scientifiques sauront où les trouver. Ils éviteront très certainement de s’abonner à mon blog et de venir perdre leur temps à lire mes billets d’humeurs.
      Je te souhaite une bonne fin de semaine.

      • J’ai relu ton texte et effectivement, tu ne le dis pas !
        Par contre, j’ai la certitude de l’avoir vu la première fois que je l’ai lu.

        Mais peu importe car çà ne change pas grand chose au bout de la ligne étant donné que tu adores comparer et c’est d’ailleurs les immigrants français qui sont les champions incontestés en ce domaine au point que les conseillers en immigration les AVERTISSENT de ne pas s’adonner à cette pratique au québec car les québécois détestent cela.

        Et puis en plus çà n’a pas de sens car tout le monde sait que tous les pays sont différents et qu’ils ont chacun leurs points forts et leurs points faibles.

        Alors émigrer dans un pays c’est comme choisir une nouvelle épouse !
        Ce n’est pas chacune se ses qualités que l’on choisit mais plutôt l’ENSEMBLE de la personne avec ses qualités et ses défauts et ensuite, ON SE GARDE BIEN DE LA COMPARER AVEC SON ÉPOUSE PRÉCÉDENTE car non seulement cela va vexer (avec raison) cette épouse mais aussi surtout ce sera un puissant frein au développement d’une relation avec elle.

        PS:
        Je constate que tu m’as remis en mode approbation avant publication de mes commentaires.
        Ton but est-il de filtrer ce que je vais dire ?

  7. D’accord avec toi et la plupart des commentateurs. La perception de ce qui rend la vie plaisante est vraiment perso. Bouger et voir ailleurs aide je crois a comprendre qu’aucun pays n’est parfait mais peut convenir dependant justement des criteres de chacun en ce qui concerne la qualite de la vie. Je me sens plus en securite aux USA qu’en France et les opportunites de travail sont meilleures. Mais la sante et l’education sont beaucoup plus cheres ici meme si leur qualite est bonne, voire excellente quand on peut se les offrir. Je n’oserais jamais dire a quelqu’un que SA qualite de vie serait meilleure ici ou la. J’adore le ton personnel de tes billets. C’est aussi cela un blog. Il y en a assez pour satisfaire les gouts de chacun.
    Desolee pour les accents!

    • Merci Evelyne! Effectivement l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, elle juste d’un autre vert .
      J’avoue que je ne me permettrais pas non plus de nier le vécu et l’expérience d’une personne par rapport à sa qualité de vie.
      J’ai adoré vivre au Sénégal et je trouve que j’y avais une excellente qualité de vie. J’ai une amie qui est allée y vivre et elle a détesté car ses critères et son experience sont différents des miens; c’est normal.
      Merci d’avoir pris le temps de commenter. Je te souhaite un agréable week-end.

      PS: Pas de soucis pour les accents j’ai un ordinateur anglais aussi and I feel your pain 😉

  8. Cette histoire de qualité de vie, rarement explicitée, m’a toujours paru assez nébuleuse et j’ai longtemps cherché à comprendre ce que cela cachait. J’ai l’impression que cette histoire de « qualité de vie meilleure » au Canada, 1000 fois vantées sur les forums d’immigration Canada, est à la fois totalement bidon et aussi hypocrite.

    Hypocrite, car en fait de qualité de vie, c’est souvent de « niveau de vie » qu’il s’agit (mais les gens ne l’admettent pas, tu finis par le comprendre quand tu demandes des explications qui ne viennent pas).

    Bidon, car nombre de personnes ne réussiront jamais à atteindre le même niveau de qualifications qu’ils avaient dans leur précédent pays.

    Il me semble évident, par contre, que l’on se sent réellement en sécurité ici (à tort ou à raison, voir les chiffres officiels de délinquance)

    Pour l’accès à la santé, les choses s’arrangent, quand, au bout de plusieurs années de liste d’attente au CLSC, tu obtiens enfin ton médecin de famille. La santé devient alors accessible et les suivis se font normalement.

    • Je pense (à tort ou à raison) que le niveau de vie ne joue pas forcément sur la qualité de vie. Ma grand mère trouve qui vis actuellement à Paris trouve qu’elle avait une meilleure qualité de vie à Lomé. Son niveau de vie à pourtant augmenté.
      Pour l’accès au soin oui il paraît que c’est mieux quand tu as un médecin de famille. J’ai quand même quelques doutes. À Paris je pouvais appeler SOS médecins quand il arrivait un truc au milieu de la nuit. ici faut aller passer des heures aux urgences. Je suis sur liste d’attente dans plusieurs cliniques, on verra bien.
      Merci d’être passée, bon week-end!

      • Oui c’est sûr, mais SOS médecins, c’est vraiment dans les grandes villes, donc pas partout en France.

        C’est sûr que de ne pas pouvoir avoir de visites du médecin à domicile (généraliste ou SAMU d’ailleurs), c’est un gros point négatif ici.

        Merci, bon week-end aussi.

  9. C’est par contre assez curieux que cela soit un Québécois (né au Québec) qui dit que la qualité de vie est meilleure au Canada sans avoir jamais vécu ailleurs.

    • En discutant avec mes collègues, je me suis rendue compte qu’ils pensent plus ou moins la même chose c’est assez marrant. Ils sont souvent étonnés quand je leur dit que ce n’est pas rare que les français repartent au bout de quelques années!

      • C’est vrai que beaucoup de français quittent après seulement quelques années mais il faut aussi savoir pourquoi.

        D’abord, il ne faut pas considérer ceux qui viennent ici avec un visa d’étude ou un visa vacance/travail car au terme de leur visa il devront retourner en france. C’est déjà les 2/3 des français installés au canada qui faussent les statistiques.

        Dans le tiers qui reste et qui sont des immigrants dans le sens du terme, les raisons pour quitter sont multiples et malheureusement pas toujours sérieuses:

        1- Il y en a un très grand nombre qui n’ont pas fait leur devoirs avant d’émigrer et qui se retrouvent très déçu en découvrant ici qu’il y a un hiver très froid, que les québécois ne sont pas des français vivant en amérique, que le canada c’est très loin de la france (et de leur famille) et plein d’autres raisons du genre qui sont pourtant très évidentes.

        2- Un autre bon nombre de français sont tout simplement incapable de s’adapter à la culture québécoise (ainsi que toute autre culture d’ailleurs) et vont donc essayer de vivre ici comme si ils étaient en france mais cela ne peut évidemment pas fonctionner.

        3- Les français étant de grands voyageurs, il y en a donc d’autres (moins nombreux) qui s’installent ici dans le seul but d’y vivres quelques années pour ensuite refaire (à maintes reprises) la même chose ailleurs.

        4- Il y a aussi les planqués qui quittent la france à cause des impôts élevés, du trop grand nombre de musulmans ou plein d’autres choses. Ceux-là seront beaucoup moins persévérants que les autres dans leurs efforts d’adaptation qu’ils n’ont pas le choix de faire pour pouvoir être heureux ici.

        5- Enfin, il y a ceux qui sont sérieux car ils se sont très bien renseignés avant d’émigrer, ils ont quitté la france pour des raisons sérieusement réfléchies et dans leur tête ils focalisent vers l’avant sans regarder dans le rétroviseur. Ceux-là sont beaucoup plus nombreux que tu crois et pour rien au monde il ne voudraient retourner en france.

      • A mon tour d’être étonnée, car je n’ai jamais entendu tenir un tel discours (milieu de la santé), ni même au travail de mon mari (domaine des jeux videos chez Ubisoft). Sauf une fois, par une Polonaise donc pas une Canadienne.

        Cela dit, il se peut que les gens le pensent mais le cachent, je me méfie beaucoup du côté hypocrite Québécois qui va en permanence « dans ton sens » pour ne pas être vexant, tu ne sais au final jamais ce qu’ils pensent vraiment.

      • @caroline77
        Moi aussi je suis étonné de ce qu’a dit Gaou car tous les québécois que je connais savent très bien que beaucoup de français repartent en france étant donné que la chose n’est pas du tout cachée par les médias et que les français eux-même le disent haut et fort.

        Mais ce qui me dépasse vraiment c’est la raison pourquoi Gaou pense que les québécois DEVRAIENT SAVOIR que beaucoup de français repartent en france.

        Est-ce que les français, eux, savent combien d’immigrants québécois quittent la france pour revenir au québec ?

        La réalité est que les immigrants français au québec ne sont pas plus des VIP que les immigrants québécois le sont en france et l’un comme l’autre sont très loin des préoccupations quotidiennes des habitants de ces 2 pays !

        Pour ce que tu appelles « le côté hypocrite des québécois », là je te demande de prendre conscience des filtres culturels qui font comprendre les choses différemment de ce qu’elles sont en réalité et pour illustrer cela je vais utiliser la bonne blague de l’européen de l’époque coloniale qui débarque dans un endroit perdu où la population locale dit NON en hochant la tête VERTICALEMENT (ce qui veut dire oui pour nous) et puis l’inverse pour dire OUI.

        Pour employer un autre exemple plus réel de filtre culturel, je pourrais parler des hommes français qui se rencontrent en se faisant la bise en signe de grande affection; chose qui ne se fait absolument pas entre nord américains car cela est vu comme de l’homosexualité. Je crois aussi savoir qu’en arabie saoudite, les hommes ne se donnent pas la traditionnelle poignée de main quand ils se rencontrent car là bas, cela serait aussi vu comme de l’homosexualité.

        Enfin bon, il faut aussi savoir que ce qui est perçu dans un sens par son filtre culturel l’est généralement aussi dans l’autre sens avec la tendance opposée. Ainsi, les français qui sont habitués avec leurs rapports sociaux plus « réservés » que ceux des nord américains vont trouver que les québécois sont très chaleureux et parfois même envahissants alors que les québécois eux vont trouver que les français sont froids et distants.

        Voilà de petits exemples qui font la joie des rencontres entre gens de cultures différentes !

      • Je veux bien être ouverte à la discussion, aux critiques constructives et à l’échange mais je refuse de dépenser du temps et de l’énergie pour de faux procès.Comme d’habitude tu me fais dire ce que je n’ai pas dit histoire de me « narguer » pour reprendre tes mots. Je commence serieusement à fatiguer. Je n’ai pas ouvert ce blog pour me faire agresser à chaque billet ou pour être le réceptacle de préjugés négatifs sur les Français / règlements de comptes. Je passe sur le ton paternaliste, le style donneur de leçon et les négations systématiques de mon expérience qui pourraient aisément s’apparenter à du mépris.
        Quand je lis mon commentaire je ne vois pas à quel moment je dis que les Québécois devraient savoir ce qui se passe ici pour les immigrants français parce que nous sommes VIP. Tu as ton angle de lecture; c’est ton droit certes mais
        je n’en peux plus de gérer des polémiques stériles et contre productives pour chaque billet. Tu as le droit de ne pas adhérer à mes opinions et à mon point de vue. Ce blog est mon espace personnel, ma bulle. Si ce que j’y dis te dérange, je t’invite à te désabonner et à passer ton chemin comme tu l’avais suggéré il y a quelques temps.

      • Mais Gaou, je n’invente rien; c’est toi-même qui l’a écrit:

        « En discutant avec mes collègues, je me suis rendue compte qu’ils pensent plus ou moins la même chose c’est assez marrant. Ils sont souvent étonnés quand je leur dit que ce n’est pas rare que les français repartent au bout de quelques années! »

        Ce n’est bien sûr pas écrit explicitement mais c’est tout de même exactement cela que çà veut dire.

        D’ailleurs, si tu avais simplement voulu signaler leur étonnement (sans aucune arrière pensée) tout comme les français seraient aussi étonné de connaître les statistiques de rétention des québécois en france, bien alors ta mention aurait été plutôt banale et sans aucun intérêt.

        Et puis pourquoi trouves-tu marrant que tes collègues pensent tous plus ou moins la même chose ?
        Qu’ils aient raison ou non, il me semble que ce n’est pas un crime d’avoir un avis commun.
        Mais si tu veux mon avis, je pense qu’ils sont tous très ignorants car ils n’ont aucune excuse pour ne pas savoir cette chose qui est souvent dite publiquement au québec.

        Pour la polémique, la meilleure façon de l’éviter c’est simplement de ne pas la semer en ayant des propos qui ne comparent pas systématiquement nos 2 peuples. Toi étant noire et ton conjoint étant blanc, je ne pense pas que dans vos conversations vous soyez toujours en train de comparer vos 2 races et c’est exactement cela qu’il faut faire alors pourquoi ne pas appliquer la même recette dans tes billets en parlant de nos 2 peuples ?

    • Oups, là je me sens visé (sourire) !

      D’abord, j’ai pas dit cela du tout car je n’en suis pas du tout convaincu moi-même.
      J’ai uniquement donné des sites qui disent que le canada est très souvent dans le peloton de tête bien devant la france et j’ai fait cela pour narguer Gaou qui aime comparer. En fait, moi, je m’en tape de ces comparaisons car je suis heureux ici (même si tout n’est pas parfait) et je ne sens donc pas du tout le désir d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Ceci dit, j’ai tout de même la curiosité de vouloir savoir ce qui se passe ailleurs et de découvrir d’autres cultures et façons de vivre.

      Ensuite, le canada étant très vaste, il va de soit que certaines régions sont mieux que d’autres et dans cela, le québec se classe parfois premier sur certains aspecte et parfois bon dernier sur d’autres aspects.

      Finalement, oui, j’ai déjà vécu ailleurs mais pas en tant qu’émigrant.
      Pour le travail et pour le loisir, j’ai passé l’équivalent de plus de 2 ans aux états unis et ce, dans environ la moitié des 50 états américains. J’ai aussi passé une année et demie dans 4 régions du mexique lorsque j’y ai travaillé sur le bug de l’an 2000. J’ai aussi passé une vacance de 12 jours en martinique que j’ai sillonnée de fond en comble.

      Par contre, non, je n’ai jamais traversé l’atlantique car ce qu’il y a de l’autre côté ne m’intéresse pas.
      Mais je pense bien traverser le pacifique un jour car l’asie et l’australie m’intéressent beaucoup.

  10. ah… ces gens qui savent mieux que toi ce qui est bon pour toi!! tout un poème!
    on est partis sur l’ile pour avoir une meilleure qualité de vie… tout le monde là bas s’accordait pour dire que c’était bien mieux sur l’ile qu’en métropole. Ben moi je trouve ma qualité de vie meilleure ici que sur l’ile…
    Mes critères? Mon critère? C’est simple: je trouve que la vie est plus facile… même si des choses de là-bas me manquent… des gens surtout, en fait… et même si j’ai vraiment du mal à me refaire une vie sociale ici…
    du coup j’ai bien conscience que ce que je dis est assez paradoxal… mais c’est mon constat du jour. 🙂

  11. Bon alors madame Gaou, que dirais-tu si on abordait cette conversation sous un nouvel angle en oubliant ce qui a été dit de façon peut-être maladroite et certainement sous le coup de l’émotion ?

    Concernant ce billet, je trouve que le sujet est très intéressant et que tu l’as traité d’une façon très intéressante au point que j’en aurais volontier lu plus.

    La seule ombre au tableau et elle est de taille, c’est le début et c’est précisément cela qui m’a fait voir rouge (encore une fois).

    Je parle bien sûr de ta prise de bec avec cette québécoise que tu ne manques pas d’écorcher et qui n’est en plus pas là pour se défendre. À quoi cela sert-il ton sujet de nous faire part de cette prise de bec et de l’écorchage en règle qui suit dans ton billet ?

    Si elle a vraiment dit ces choses (car elle n’est pas là pour donner sa version) alors je suis le premier à dire qu’elle est une idiote mais çà m’agace tout de même très sérieusement que tu la dénigres ainsi car j’ai trop vu de français dénigrer de la même manière « gratuite » des québécois qui n’avaient rien fait de mal et en plus, cela n’apporte rien au contenu intéressant de ton billet.

    Voici un exemple (j’en au d’autres) de ces français qui dénigrent sans raison:

    Pour ton information, ce type de la vidéo s’est planté lui-même en prenant une série de mauvaises décisions qui l’ont conduit à sa perte (Je le sais car j’ai le lien d’un de ses sites où on voit les erreurs qu’il a commises.) mais il est trop PARFAIT pour l’admettre alors il met le blâme sur des organismes gouvernementaux qu’il accuse de lui avoir menti et de lui avoir recommandé des mauvais placements et au passage, il écorche gratuitement tout ce qui bouge.
    ————-
    Concernant ton autre billet sur le racisme, j’ai aussi vu rouge mais pour une raison différente.
    Tes accusations (ou propos si tu préfères) n’étaient étayées d’aucun détails et ce que tu nous a servi c’est ta conclusion. En plus, le seul exemple de racisme que tu as donné (dans les commentaires) n’était même pas du racisme et çà, c’est très mauvais pour toi car çà montre que tu ne sais même pas ce qu’est le racisme.

    Et c’est encore nous, les petits québécois, qui ont été écorchés par toi !
    Reconnais qu’il y a de quoi voir rouge !

    À un moment donné, j’ai eu l’idée (mais je ne l’ai pas fait) de publier dans un commentaire le contenu intégral de ton billet en y modifient uniquement les rôles de sorte que çà ne serait plus les québécois qui seraient raciste mais plutôt les immigrants noirs d’afrique. C’est une technique qui fonctionne très bien avec les gens qui ont du mal à se mettre dans les souliers des autres pour comprendre ce qu’ils ressentent.

    Je suis certain que tu te serais immédiatement objecté en disant que c’est gratuit car çà ne donne aucun fait vérifiable ni même aucun exemple de racisme et au final çà donne une mauvaise image des noirs qui n’est pas du tout fondée… et tu aurais eu entièrement raison.

    ALORS MES RECOMMANDATIONS

    1- Si tu as des griefs envers des québécois, ne te prives surtout pas de les faire (je suis le premier intéressé à les entendrer) mais donnes des faits et des exemples suffisamment détaillés pour qu’on puisse s’assurer que ton jugement est bon et soit ouverte aux questions qui ne manqueront pas de t’être posées.

    2- Avant d’écorcher un québécois, poses-toi toujours la question suivante:
    Est-ce que moi j’aimerais me faire écorcher de cette façon et sur la base des détails donnés dans le billet ?
    Si la réponse est non alors ne le fait pas.

    3- Finalement, le mieux est de ne jamais écorcher les gens (peu importe leur nationalité) car ce n’est jamais le sujet de tes billets et çà a pour conséquence de créer des polémiques qui vont complètement éclipser le sujet de ton billet.

    • Ouhla. Je crois que tu nous as trouve le Francais le plus zozo qui soit. Deja filmer ses cartes dont son NAS, faut etre completement debile. Et encore je suis gentille. Apres on se demande de quoi il parle vu les comparaisons absolument debiles et sans aucun sens ni aucun rapport !

      De plus, detruire ses cartes ne sert a rien puisque c’est un statut que tu as. Ca n’a rien a voir avec les cartes qui sont juste materielles.

      Bref, si tu veux donner du sens a ton argumentaire, evite de nous montrer des videos de cretins profonds a qui il manque clairement une case. Pour moi c’est presque dire que tout ton argumentaire est debile. Je suis desolee mais vu la video que tu nous donnes, ca fait peur de te lire !

  12. ZUT, avec cette polémique, j’ai complètement oublié de répondre à ta question concernant ma qualité de vie alors je vais donc le faire maintenant.

    Il faut d’abord savoir que je suis une personne qui se contente très facilement de ce qu’elle a (c’est çà la recette pour être heureux) et que je ne fais rien comme les autres.

    Ensuite, ma qualité de vie je ne l’ai vraiment que depuis 16 ans quand j’ai pris ma retraite à l’âge de seulement 44 ans (car j’avais accumulé suffisamment d’argent pour le faire). Pendant tout ce temps, il n’y a jamais eu un seul jour où je me suis ennuyé alors c’est un bon signe que cette vie me convient.

    Je suis donc en « vacance » à l’année longue et je peux faire ce que je veux au moment que je choisis pour le faire. Il y a même des fois où j’oublie complètement de me laver pendant plusieurs jours; la vraie vie sans contraintes quoi !

    Depuis que je ne travaille plus, j’ai fait plein de choses que je n’avais jamais fait avant et en 2003, je me suis acheté une maison (ma première) sur laquelle j’ai fait plein de travaux pour la rendre à mon goût.
    Alors quand je dis que je ne travaille plus, ce n’est pas la vérité car en réalité il y a des journées où je travaille beaucoup plus que lorsque j’avais un emploi. J’adore travailler très intensément sur un projet pour ensuite ne rien foutre du tout pendant plusieurs semaines.

    Evidemment, le fait de sortir du marché de l’emploi change un grand nombre de choses dans la vie d’une personne mais pour moi çà s’est très bien passé car la nouvelle vie que j’ai découvert correspond parfaitement avec une partie de moi que j’ignorais jusqu’alors. Quand je travaillais, je sentais des inconforts que j’étais incapable d’expliquer et tout s’est éclairé après avoir arrêté de travailler.

    Je vis dans une petite ville paisible et entourée de nature alors c’est dans cette nature que je prend mes marches de santé de 10 ou 15 km et quand il fait trop chaud, je me rend à la rivière en moins de 5 minutes pour m’y baigner.

    Je n’ai jamais à me demander si j’ai assez d’argent pour acheter telle chose car je sais que je l’ai et mes seules activités financières consistent maintenant à placer mon capital accumulé pour qu’il génère les revenus que j’utilise pour vivre et à chaque année il y a des surplus qui viennent grossir mon capital investi.

    J’ai comme projet d’aller passer mes hivers dans le sud mais je ne me suis pas encore décidé car même si je sais que j’adorerais la chaleur, je crains fort de ne pas y être heureux pour diverses raisons qui me sont sautés au visage quand je travaillais sur le bug de l’an 2000 et qu’à chaque mois mon employeur m’offrait une pause « toutes dépenses payées » à l’endroit de mon choix. C’est à une de ces occasions que je suis allé en martinique.

    Alors voilà, c’est çà ma qualité de vie (du moins une partie) à laquelle je tiens vraiment beaucoup.

    • Québécois :

      C’est merveilleux pour toi, mais seule une minorité de personne peuvent avoir accumulé assez de capital à 44 ans, pour pouvoir prendre la retraite aussi tôt. On « devine » aussi que tu es sans enfant, on s’entend que sans enfant, c’est BEAUCOUP plus facile d’accumuler du patrimoine qu’avec enfant. Et rare sont les personnes avec enfant, même avec patrimoine important, qui « osent » prendre leur retraite aussi tôt, alors qu’à la quarantaine, c’est souvent l’âge où les enfants débutent leurs études ou leur entrée dans la vie active, et que les parents doivent alors les aider financièrement.

  13. Les gens aiment juger en fait. Comme tu le dis, chacun à sa qualité de vie, et c’est pareil entre l’Irlande et la France pour moi. Elle n’est pas meilleure, elle est différente. Chacun à son caractère et ce n’est pas comparable.
    J’ai remarqué que depuis que je me comparais moi aux autres, j’étais plus heureuse. Que chacun profite de sa vie, c’est déjà pas mal 🙂

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :