Être noire au Canada, mon expérience du racisme…

racism-2014Ce billet (ainsi que l’ensemble du blog) relate MON expérience. Je ne prétends pas faire une étude sociologique basée sur des chiffres, de longues recherches ou encore des sondages. Il s’agit de mon ressenti, mon vécu, mon expérience.
Je dis souvent sur le blog, que je suis moins confrontée (dans mon quotidien) au racisme ici qu’en France ; ça ne veut ABSOLUMENT pas dire que le racisme n’existe pas au Canada. Le jour où on trouvera un pays du monde où il y a zéro racisme, je pense que nous serons nombreux à aller nous y entasser. Comme je l’ai déjà dit, le racisme fait partie de mon quotidien et ce depuis mon plus jeune âge. Il a fait partie de la vie de mes parents, de mes grands-parents ; il fait partie de la vie de ma fille et fera probablement partie de celle de ses enfants. C’est un fait que j’ai accepté il y a très longtemps pour éviter de devenir folle et de sombrer dans la haine de l’autre. Le racisme fait partie de ma vie mais il ne me définit pas ; je refuse de laisser ce cancer régenter mon existence.

Avant d’arriver au Canada, je pensais naïvement que le racisme y était quasi inexistant; moins présent dans ce pays qu’en France. Avec le temps, je réalise que c’était vraiment une idée reçue, de la pure illusion. Maintenant que je vis ici, je réalise que le racisme n’est pas beaucoup moins répandu ici qu’en France. Même s’il est beaucoup moins pesant au quotidien, il existe bel et bien; il se présente juste sous une forme différente .

En France, le racisme est décomplexé ; on a de moins en moins honte (voire pas du tout) de crier haut et fort qu’on n’aime pas les étrangers. Etrangers étant un mot fourre-tout où on met tout ce qui ne ressemble pas au fantasme du français « de souche », blanc donc. Dans les faits, le racisme n’est pas spécialement puni par loi dans l’hexagone. On peut crier impunément sa haine de l’autre sans être vraiment inquiété. Je me souviendrais toute ma vie de cet ancien collègue qui m’avait dit : « Moi je suis raciste et fier de l’être. Je n’aime pas les étrangers car je ne pense pas que tout le monde puisse s’adapter à la culture française. Il y a qu’à voir les jeunes des cités…»

Il n’a pas eu honte de l’affirmer car il savait qu’il ne risquait pas grand-chose à tenir ce genre de propos. Je me suis quand même permis de lui rappeler que les « jeunes des cités » dont il parlait étaient Français au même titre que lui, il a failli faire une syncope suite à cette déclaration.

Quand je vivais en France, j’étais souvent victime de racisme dans certaines administrations ; si vous avez déjà fait une carte de séjour spéciale dédicace à la préfecture de Créteil, vous savez très certainement de quoi je parle. Je ne vais pas m’étendre sur les détails (il faudrait au moins 2 billets) mais je me faisais agresser, insulter ou les deux en fonction de l’humeur du fonctionnaire en face. Les propos étaient toujours d’une violence inouïe. Les rares fois où j’ai voulu répliquer, on m’a fait comprendre que je ferais mieux de la fermer si je voulais mes papiers. Douce France…

Ici au Canada, politiquement correct oblige, vous n’entendrez jamais quelqu’un (encore moins un représentant de l’état) dire ouvertement qu’il est raciste. De mon point de vue, le racisme structurel ici n’est pas aussi flagrant qu’en France ; il existe certes mais il saute beaucoup moins aux yeux.

Je trouve qu’en France on ne parle pas assez voire pas du tout des raisons historiques qui expliquent la présence des noirs dans le pays et on ne met pas du tout l’accent sur les contributions positives qu’ils apportent à la société. Les medias véhiculent des clichés réducteurs et nauséabonds sur les minorités.

L’approche est différente au Canada ; on y célèbre la diversité avec des événements comme le mois de l’histoire des noirs, il y a une représentation plus positive des noirs dans les medias, le pays fait des statistiques ethniques. Même si certaines de ces mesures sont assez controversées, elles ont le mérite d’exister.

Ma couleur de peau ne m’a pas empêchée d’accéder à un emploi qualifié, ou à un logement décent par exemple. La majorité des gens que j’ai rencontré lors de mes recherches d’emplois, de logement ou encore dans la plupart des administrations n’en avait que faire (ils ne l’ont pas montré ouvertement en tout cas) de ma couleur peau.

A Toronto, ma fille à découvert le racisme de manière assez violente, je vous en parlais ici. J’ai aussi entendu quelques réflexions nauséabondes de certains collègues Ontariens sur les immigrants. L’un d’entre eux (un petit génie) avait d’ailleurs sous-entendu que les Africains étaient cannibales.

A Montréal, je suis plus souvent victime de micro agressions ; il y a quelques  semaines, on m’a dit que j’étais belle pour une noire c’est censé être un compliment ! Un scientifique de pacotille m’a dit récemment que nous autres les africains étions plus lents (d’esprits) que la moyenne à cause des températures de chez nous; il etait très sérieux…

Une amie qui travaille dans une institution financière de la place a perdu certains de ses clients car ces derniers ne voulaient pas « travailler avec l’Africaine ». Des anecdotes de ce type, j’en ai déjà entendu plusieurs depuis que je suis à Montréal. De manière générale, je ressens beaucoup plus le racisme au quotidien à Montréal qu’à Toronto.

Pour conclure, je dirais que le racisme ici est un poison subtil et insidieux, un mal sournois. On ne le perçoit pas tout de suite mais il est bien présent, caché derrière un masque bienveillant, cynique et répugnant…

 

 

 

 

Source de l’image ici

Publicités


Catégories :Les Gaous au Canada

Tags:, , , ,

77 réponses

  1. Je pense que ce genre de comportement est, malheureusement, partout… les gens cherchent à coller tout le monde dans des cases… ça les rassure… ça plus le poids de l’éducation, les clichés qu’on véhicule… J’ai encore en tête un documentaire ur les enfants d’une classe et une petite fille noire qui préférait une poupée blanche parce que le noir c’était sale… C’était assez édifiant (et horrible). Bisous et courage pour affronter tout ça ! (et t’inquiète, la plupart de tes lecteurs comprennent bien que tu ne fais pas de généralités).
    Fedora

    • Oh oui je l’avais vue cette video, elle est horrible. J’en avais les larmes aux yeux tellement elle m’a touchée. Tu sais je me sens toujours obligée de préciser que c’est mon experience (pour eviter les débats stériles) et meme en le faisant tu as toujours des trolls qui trouvent le moyens de venir t’agresser parce-qu’il se sentent visés. C’est fatiguant vraiment 😆

      Merci pour ton commentaire passe un excellent weekend 🙂

  2. Ne viens surtout pas en Angleterre en ce moment! On n’est plus dans le racisme affiche, c’est un déferlement de Haine de l’autre quel qu’il soit. Je me suis même faite agressée verbalement devant mes enfants à l’école. Mon Angleterre que j’aime tant sombre dans un climat à vomir…excuse moi, je m’emporte. Enfin bref, je comprends très bien ce que tu veux dire!

    • Oh sérieux? C’est a cause des débats sur le Brexit que l’ambiance est tendue ?
      Je te souhaire bien du courage en tout cas.

      Et tu n’as pas a t’excuser , tu as le droit de t’emporter…

      • Oui, c’est irrespirable. Depuis hier on a franchi un pas dans l’abject’ avec une députée pro Europe qui a été assassinée par un illuminé qui a crie « put Britain first » .

      • OUi J’ai vu hier aux infos. C’est trop triste! Bon courage Pomdepin 🙂

  3. Bonjour,
    Je lis votre blog depuis maintenant un peu plus d’un an et j’ai toujours trouvé vos anecdotes, analyses très intéressantes et marrantes.
    J’ai une grande admiration pour ce scientifique de génie.
    Je pense qu’il faut en rire, et « éduquer » sur ce sujet, la stupidité n’épargne malheureusement pas beaucoup de monde.
    Moïse,17
    Ps: je suis franco-camerounais

    • Bonjour Moise. Je suis vraiment flattée d’avoir un lecteur aussi jeune ! Merci de lire mon blog !
      Effectivement le scientifique de genie c’est un autre niveau !

      Il m’arrive effective d’en rire ou d’éduquer car je sais qu’il y a plusieurs degrés de racism et que certains ne se rendent meme pas compte des énormités qu’ils balancent. Ceci étant dit, c’est parfois épuisant de TOUJOURS etre la personne qui doit avaler les couleuvres parce que l’autre ne pense pas a mal. A l’epoque ou on vit, ce n’est pas compliqué de se renseigner …

      Merci encore pour ton commentaire 🙂

      PS: le Cameroun est sur ma liste de pays a visiter avant de quitter ce monde! 🙂

  4. Bonjour, j’ai travaillé (trop longtemps) dans une administration (en France) et j’ai souvent été choquée par les réactions de mes collègues ! Au point de leur prendre leur rdv en cours de route. Particulièrement celle face à des noms de famille à consonance étrangère devant un impayé ou avant un rdv.
    Je me souviens d’avoir rabattu le caquet à l’une d’elles entre autres ! Je me suis fais une « copine » ce jour là ;o))
    Je lui ai fait remarqué que si on s’en tient au nom de famille les personnes nées sur le sol Français depuis des générations ne seront jamais « intégrées », que les hommes ne changent jamais de nom de famille, ce qui n’est pas le cas des femmes avec le mariage, et qu’elle ne connait pas mon nom de jeune fille … Et que peut être sa famille à elle aussi vient d’un tout autre pays sur son arbre généalogique (c’est fort probable) … Et qu’elle devrait réfléchir avant d’avoir des réactions « bêtement basiques » de ce genre …
    Ca fait un peu Don Quichotte mais je suis comme ça, surtout qu’elle avait bien plus de répondant que moi et une toute autre carrure !! :o)
    Bref ! Ca me fatigue ! Pour moi la peau verte, bleue ou violette c’est pareil, c’est un être Humain qui est là pour de l’aide, et on doit faire notre travail dans le respect !
    Quelle époque ! Bon courage pour la suite. Pardon pour le pavé je me suis énervée :o) Des bisous

    • Pas de soucis pour le pavé! Je peux comprendre ta frustration. Ma tante travaillais aussi dans un service etranger il y a quelques années, elle a demandé sa mutation tellement elle n’en pouvait plus de certains comportements. Aussi bien de la part de certains collegues que de certains administrés.

      Bon courage pour la suite 🙂

  5. Bonjour,
    Je lis vos billets depuis un peu plus d’un an toujours avec plaisir.
    J’espère que ce scientifique recevra un prix à la hauteur de son talent, un prix Nobel au moins.
    Je pense que la meilleure chose à faire et d’en rire, et d’éduquer sur ce sujet, je vous conseille d’ailleurs la pub de momondo, à partager, illustrant assez bien le fait que la théorie des « pure-souches » est infondée et insoutenable.
    ( slightly overacted but nice :))
    La stupidité n’épargne malheureusement pas beaucoup de monde. (je confirme les gens de couleurs peuvent prendre des coups de soleil 😂)
    Bonne journée,
    Moïse, 17 ans.
    Ps: je suis franco-camerounais

  6. je n’ai jamais vécu à Toronto donc je peux pas me prononcer mais à Montréal, punaise, les horreurs que j’ai pu entendre… les noirs, les musulmans, les juifs, les immigrants… contrairement à toi, j’ai trouvé que le racisme était beaucoup plus assumé et affiché à Montréal qu’en France, j’avais l’impression que les gens n’avaient aucune gêne à balancer des réflexions racistes/antisémites/xénophobes, comme s’ils partaient du principe que j’allais être d’accord avec eux. Un jour, parce que je montrais mon désaccord face à un sempiternel « de toute façon, ça, c’est les juifs, toujours après l’argent… », une collègue a bloqué et m’a demandé un peu piteuse si j’étais juive, genre elle réalisait que ses propos étaient offensants quoi… bref… *gros soupir*
    en tout cas, courage! ❤

  7. Encore une fois, tes mots sont justes, sans pathos ni accusations mais brusquement réels… là où je vivais, le racisme touchait les autochtones, ouvertement, sans gêne. Les autres minorités – noires, indiennes, asiatiques – étaient relativement préservées. La cible numéro 2 c’était les mennonites, communauté religieuse proche des Amish. Mais ça n’excuse rien, et surtout pas les remarques stupides.

    • Merci Kenza. J’ai un ami qui a écrit un billet sur la situation des autochtones c’est édifiant. Je ne pensais pas non plus qu’ils étaient victimes de racisme. J’ai quand meme remarqué que c’est un sujet tabou ici; les gens n’aiment pas trop parler de leur histoire tragique. Il y a toujours comme une espece de gêne.
      En tout cas le chemin est encore long…

  8. En France on peut crier sa haine de l’autre sans être inquiété parce qu’il faut que, pour être inquiété, quelqu’un porte plainte. Si personne ne le fait il n’y aura pas poursuite.
    Après, il y a aussi du racisme insidieux en France. Ce que j’appelle le « racisme de glissement » par exemple qui part d’un fait socio-culturel (par exemple, même si ça a tendance à s’effacer avec la mondialisation (c’était une archive d’une émission d’il y a 10 ans), en Afrique le temps n’est pas considéré comme chez nous (je ne sais plus de quels pays ils parlaient dans les Carnets du Monde, du coup je dis « l’Afrique », pardon pardon)) à une généralité sur tout un groupe de personne, allant parfois jusqu’à parler de biologie (si je poursuis mon exemple : ma mère qui dit qu’en Afrique le bus peut attendre longtemps avant de partir et qui en conclue que les Noirs sont lents et à mon père d’ajouter que c’est le cerveau qui est comme ça et que donc il faut répéter plusieurs fois les choses). Et ça passe crème parce qu’il y a un glissement parfois difficile à trouver et donc c’est plus difficile d’attaquer pour racisme (d’ailleurs quand j’ai sous-entendu une fois que mes parents l’étaient mon père s’est dit vexé ! La bonne blague !).

    • Je comprends ce que tu veux dire par rapport aux plaintes. Mais il faut aussi savoir que quand tu essaie, on brandit l’argument de la victimisation. On m’a dit dans un commissariat je cite ;  » vous les noirs toujours a vous plaindre de quelque chose. C’est a se demander ce que vous faites ici si c’est pas bien. ah oui j’oubliais on a la CAF! » Quand on te dit des choses de ce style dans un commissariat, tu n’as pas forcement envie de porter plainte. En tant que noire, ma parole face au racisme est toujours mise en doute; on m’accuse de faire de la victimisation, de ne pas etre tolerante etc.
      C’est epuisant, c’est usant et a la longue tu finis par te taire. Je suis d’accord qu’ il y a plusieurs degrés de racisme; mais a la fin de la journee tout cela reste injuste pour celui qui le vit.

      PS: je m’excuse pour les fautes mon clavier n’a pas d’accent 🙂

      • Effectivement… Mais c’est comme les policiers qui tournent en dérision les plaintes pour viol. Malheureusement les policiers ne sont pas irréprochables : il y a des cons partout !

        Oui, évidemment, tout est injuste, peu importe le degrés, mais c’est quand même important je pense de bien distinguer les personnes qui vont être très très dures et ça sciemment, les personnes dans le glissement comme mes parents par exemple, ou une amie qui a employé l’expression « manger comme un gros » sans voir du tout du tout le problème parce qu’elle ne voyait pas que ça répand des préjugés !

      • Je la fais cette distinction mais j’ai une amie noire qui ne la fait pas. On en a parle une fois et elle m’a dit ca change quoi pour moi de distinguer celui qui ne fait pas expres des autres? Et puis pourquoi c’est toujours a moi (la victim donc) de menager la chevre et le chou parce que l’autre ne fait soi disant pas expres? Je t’avoue que sur le coup je n’ai pas su quoi lui repondre.
        Il faut aussi savoir qu’il faut un sacre mental pour ne pas finir aigri et amer face a toute ces agressions. Je ne le dis pas pour me lancer des fleurs hein. Quand c’est recurrent sur des decennies c’est dur et c’est usant. La semaine derniere je suis rentree deprimee parce que mes collegues avaient passé la journée a me toucher les cheveux. Ils ne voient pas ou est le mal…

        Bref tout ca pour dire que le racisme est usant pour ceux qui le vivent et du coup ils peuvent finir par ignorer les considerations du style parce que pour eux c’est un detail comparé a leur souffrance…
        J’espere que mon explication est censée j’ai l’impression de partir dans tous les sens …

    • Je comprends très bien ! A la longue c’est proche du harcèlement !
      Je vais t’avouer un peu piteuse que parfois c’est vrai j’ai envie de savoir comment sont les cheveux de type africain au toucher (sans jamais demander à toucher les cheveux des personnes que je connais, évidement). C’est simplement parce qu’on ne connait pas, qu’il y a peu de salons de coiffure qui s’occupent de ce type de cheveux. Mais le cas existe aussi en sens inverse dans le sens où il y a des témoignages de femmes occidentales qui sont allées dans des zones plus ou moins reculées d’Afrique où les personnes rencontrées ont demandé à toucher leurs cheveux. Après, c’est sûr qu’il ne faut pas que ça dépasse la joie de la curiosité et que ça tourne en une curiosité type « bête de foire » !

      Non non, ton explication est très censée et parfaitement compréhensible !

      • Bête de foire c’est le titre du billet ou j’en parle justement et qui va suivre sous peu. Deja quand on demande je trouve limite. Mais la plupart ne demandent pas. Ils touchent et font des commentaires. Pour moi c’est aussi un manque de savoir vivre finalement. J’en reparlerai en detail.

        Merci pour tous tes commentaires. Tu as bien resume l »idee general de mon billet dans l’un d’entre eux et c’est cool

        Bon vendredi! 🙂

      • Je me retiens toujours de demander, parce que je sais que ça peut être mal pris ! Je crois que finalement ce genre de choses on ne peut le faire qu’avec des amis proches (comme l’humour noir en somme) qui vont comprendre qu’on ne va pas les agresser et puis aussi parce que toucher les gens c’est entrer dans leur bulle privée donc de base on ne peut pas toucher les gens comme ça (je déteste qu’on me touche, tout ce qui est main sur l’épaule les choses comme ça c’est juste pas possible) si on n’est pas un peu proches d’eux… et encore moins sans demander ! En fait, comme tu le dis, c’est plus un membre de savoir vivre qu’autre chose… Il ne me viendrait pas à l’idée de toucher les cheveux de quelqu’un sans demander, enfin… Si une plume tombe dans les cheveux de quelqu’un je vais le lui signaler, mais pas l’enlever moi-même et encore moins sans le prévenir… c’est juste du bon sens !

        De rien ! 🙂

        Merci 🙂
        Bon week-end ! 🙂

  9. Il est vrai qu’en France on ne parle pas du tout des colonisations , du racisme , des raisons et des pourquoi . Mais au même titre que combien de français toutes origines confondues savent qu’il y a eu énormément d’amérindiens lésés …par exemple en Guyane …lésés par qui ? Pas que par les blancs ..Et lors de la guerre d’algérie qui s’est associé aux blancs pour déglinguer leur soit disant frères algériens et africains …toujours pas que des blancs …..Mais bon chacun voyant que les malheurs de sa communauté ça n’est pas prêt de se régler …

    • C’est un peu compliqué pour moi de parler du racisme en Guyane car je n’y ai jamais mis les pieds. Je pense que chacun parle du racisme qu’il connait et c’est legitime. Est ce que des locaux ont participé aux actes affreux commis pendant l’esclavage et la colonisation? Oui! Je l’ai appris a l’ecole (en Afrique) et je ne le nie pas mais ce n’est pas le sujet de mon billet. Mon post parle du racisme de nos jours et en tant que noire malheureusement la plupart des actes racistes dont je suis victime sont commis par des personnes blanches.

      Merci pour ton commentaire! 🙂

  10. Est-ce que le mot RACISME n’est pas trop fort quand on parle du canada ?

    Non c’est vrai car au Canada on ne tue personne à cause de sa race alors que c’est le cas aux USA, en Afrique du sud, au Rwanda et dans nombre d’autres pays.

    Et puis, au canada, les noirs peuvent aussi occuper les emplois qu’ils veulent à la condition bien sûr qu’ils en aient les qualifications mais c’est une toute autre histoire dans nombre de pays.

    Par contre, oui c’est vrai que dans les grandes villes, les minorités visibles (les noirs) et audibles (les français) sont la cible de quelques individus peu instruits et mal éduqués mais cela se passe surtout dans les grandes villes et ce ne sont que quelques personnes qui font ces choses alors on est très loin du LES CANADIENS SONT RACISTES.

    J’imagine qu’au cours de toutes ces années au canada, vous avec passé un peu de temps en dehors de Toronto et Montréal alors j’aimerais savoir si vous y avez vécu du racisme dans ces endroits loin des grandes villes ?

    Je ne compte même plus le nombre de fois où j’ai lu sur des blogs de français qu’ils viennent au canada parce qu’il y a beaucoup moins de musulmans qu’en france et j’ai aussi lu quelque fois des français qui, en apprenant qu’il y a aussi des musulmans au canada ont décidé de ne pas venir s’y établir en disant que si c’est la même chose qu’en france alors çà ne vaut pas le coup.

    • Est-ce qu’il n’y a pas une différence entre dire « tous les Canadiens sont racistes »/ »le Canada est raciste » et « il y a du racisme au Canada ». Je vous renvoie à mon article « La France n’est pas raciste » que l’on pourrait tout à fait appliquer au Canada !
      Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de racisme dans les lois, ou que des gens ne se font pas tuer (pas besoin d’aller jusque-là : des gens se font tabasser et insulter), qu’il n’y a pas de racisme… Le racisme peut être suintant, peut être, comme je le disais, dans le glissement. Il est important de reconnaître le racisme d’une société pour pouvoir le combattre au lieu de s’aveugler.
      Je ne crois pas que cet article dise « tous les Canadiens sont racistes » ! Il dit « moi, en tant que Noire au Canada, j’ai du affronter des épisodes et des personnes racistes ». Mais, pour chaque raciste rencontré, combien y a-t-il de personnes qui se foutent complètement de la couleur de peau et dont l’article ne parle pas parce que ce n’est pas le sujet ? Je ne crois pas que le sujet de l’article soit non plus « les Français sont meilleurs que les Canadiens » ! Les deux sociétés étant différentes, les formes de racisme ne sont pas forcément les mêmes. C’est tout.

      • Tous les canadiens veut dire tous les canadiens sans exception.
        Le canada est raciste veut dire qu’il y a beaucoup de racisme au point que c’est une caractéristique de ce pays.
        Il y a du racisme veut dire que le racisme n’est pas la norme mais qu’il n’est pas marginal non plus.

        Je ne pense pas qu’au canada il y ait plus de gens qui se font tabasser ou insulter parce qu’ils sont noirs que d’autres gens qui subissent les mêmes traitements pour d’autres raisons et là, je pourrais mentionner les gais à cause de leur orientation sexuelle, les français à cause de leur accent, les québécois en visite au canada anglais, les itinérants, les juifs, etc, etc, etc.
        Je pense que dans ces cas là, il convient plus de parler d’intolérance que de racisme et oui, ce n’est pas plus acceptable.

        Dans toutes les sociétés (même la plus parfaite que l’on puisse imaginer) il y a et il y aura toujours des personnes qui se comporteront en voyous et ces personnes ne seront jamais représentatives de la très vaste majorité de cette société aussi parfaite soit-elle et de la même façon, on ne pourra pas parler de racisme dans cette société même si ce voyou s’est comporté en raciste.

        Je pense que pour pouvoir parler de racisme dans une société, il faut avoir atteint un seuil minimum qui fait que les « incidents » racistes ne soient plus des faits très marginaux mais commencent à être une tendance légère dans cette société.

        Et là, je vais reprendre mon exemple des blogs de français où on y lit souvent que des français quittent la france parce qu’il y a trop de musulmans ou décident de ne pas émigrer au québec parce qu’il y a aussi des musulmans. Dans ce cas on peut parler de racisme dans cette société car la tendance est très nette et observable; ce qui n’est pas du tout le cas du canada.

      • Oui, donc il y a bien des différences dans ces termes. Je suis heureuse de te l’entendre dire et je préciserais que « le Canada [ou autre pays] est raciste » ne veut pas dire seulement qu’il y a « beaucoup de racisme » : ça veut dire que le racisme est inscrit dans les lois dudit pays.

        Le racisme est une forme d’intolérance/discrimination comme l’homophobie en est une, comme la xénophobie en est une, comme le sexisme en est une, etc., etc.. Ici, il ne s’agit pas de déterminer dans quel pays il y a le plus de racisme mais de relater un ressenti !

        C’est là que je ne te suis plus : il y a du racisme dans nos sociétés, même inconscient (cf. l’exemple de mes parents), comme quand on utilise « manger comme un gros » comme expression sans voir le problème, ou « ça fait pédé » : ce sont des phrases discriminantes à l’égard de certaines personnes sous prétexte d’expression : c’est de la discrimination, c’est une marque des préjugés qui sont dans les consciences collectives. Mais ce n’est pas parce qu’une personne utilise ces expressions qu’elle est volontairement discriminante. Par exemple j’ai une amie qui a utilisé cette expression, « manger comme un gros » et elle ne voyait absolument pas le problème ! Pourtant elle n’a de problème avec aucune minorité ! Simplement pour elle c’était « juste une expression » alors que c’est une expression qui jouent sur et véhicule les préjugés que notre société a sur les personnes obèses : c’est discriminant et c’est une marque de la discrimination faite dans notre société. Tu peux appliquer ça à à peu près toutes les formes de discrimination.

        Là encore je ne te suis pas : on parle de racisme dans une société à partir du moment où il y a discrimination. Il y a de la discrimination à l’embauche en France sous prétexte que l’on est noir ou plus globalement d’origine étrangère (je ne dis pas qu’aucun patron Blanc n’embauche des personnes d’origine étrangère, je dis que la discrimination à l’embauche existe) ; donc il y a racisme, et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

        Oui, il y a racisme, clairement : mais ce ne sont que des propos je dirais… « extrêmes » dans le sens où ils énoncent clairement une idée avec des mots, quand un racisme plus « suintant » se fait parfois sans que les personnes se rendent compte qu’elles discriminent.

      • En fait, les propos clairs, nets, précis, les énonciations sans détours comme « je ne vais pas au Canada parce qu’il y a des musulmans » ne sont que la fin d’un « processus » (terme inexacte, je ne trouve pas celui que je veux) de racisme, ne sont que la marque finale d’un racisme inclue dans la société, mais ils ne sont pas le seul et unique marqueur, ils ne sont que la forme extrême et terminal d’un racisme qui peut être plus sous-jacent.

    • Non le mot racisme n’est pas trop fort dans ce cas précis. De plus je parle de mon experience dans 2 villes. Je ne dit pas que le Canada ou la France sont des pays racistes. Je fait un constat base sur mon experience et JE constate qu’il y a du racisme au Canada ( dans les villes ou j’ai vecu) tout comme il y en a dans mon proper pays la France.
      je ne me souviens pas avoir ecrit que tous les Canadiens sont racistes.

      • @Gaou :
        Je ne suis pas d’accord avec votre comparaison . Je pense que le québec est bien plus raciste que la France . En France , les gens sont francs et bavards . Mais sincèrement dans les faits , Oui il y a du racisme mais il y aussi beaucoup plus de tolérence : par exemple comparaison avec le québec
        Plus de mariage mixte
        Plus de cadre Black et noire dans les grandes sociétés
        Seul Pays au monde qui finance des associations anti-raciste avec son budget
        Le débat est franc …
        En france , il y en a qui millite pour le vivre ensemble réel . Ici c’est le communautarisme ‘ On t’aime bien mais reste dans ta communauté’ Ce n’est pas de la tolérance .
        Moi je pense que le Québec est plus raciste que la France.
        Je pense que je suis bien placée pour le savoir étant donné que je suis africaine en France etau Canada
        J’adore votre initiative . Parce que le racisme , il faut en parler au québec . J’ai l’impression qu’en France on en parle beaucoup mais au québec c’est Silence . Ce qui donne la fausse illusion que les québécois sont moins racistes.

        Plein de fois j’ai attendu des propos au québec qu’on considèrerait comme raciste en France .

        De plus , au canada on ne peut pas se plaindre du racisme
        Dès que quelqu’un dit qu’il y a du racisme au Québec , on lui fait comprendre que c’est pire en France Ou on lui explique gentille ment que ce n’est pas du racisme. Au moins en France l’anti-racisme existe réellement et on voit beaucoup de Français pure laine qui en parlent et qui luttent contre cela .

      • Merci pour votre commentaire. Comme je précise au début du billet, il s’agit de mon experience rien de plus, vous avez donc le droit de ne pas être d’accord.😊

  11. Réponse à Melgane

    D’abord je note que tes 2 messages consécutifs ont été affichés et je te trouve bien chanceuse car dans mon cas, le second ne s’affiche JAMAIS car il doit d’abord être approuvé par Mme Gaou et il ne l’est à peu près jamais. C’est plutôt frustrant quand on met une bonne heure à faire des recherches pour ensuite rédiger son texte.

    Mégane, je comprend ta position mais il ne faut pas non plus être plus catholique que le pape hein ?
    C’est vrai qu’il faut faire attention à ce que l’on dit mais c’est aussi vrai que la personne d’en face doit faire son effort pour ne pas avoir la peau trop sensible. Les sociétés ASEPTISÉES sont d’un ennui indescriptibles car elles n’acceptent plus les opinions qui diffèrent de celle des autres et tout le monde finit par dire uniquement ce que l’autre veut entendre. Ne pas se sentir concerné par une chose choquante que l’on nous dit fait partie de la maturité qu’un adulte est sensé avoir atteint.

    Et puis, quand une personne emploie le terme RACISTE sans faire de distinctions d’intensité bien alors ceux qui entendent cela comprennent généralement RACISME DANS LE SENS FORT et là, on n’est plus du tout dans le sens que l’auteur a voulu donner à son terme RACISTE.

    Il ne faut pas non plus galvauder le terme en l’employant n’importe comment. RACISME fait allusion à la race alors il doit donc être utilisé UNIQUEMENT quand il est question d’une race.

    Il ne faut pas non plus employer ce terme de façon abusive car en effet, ce n’est pas parce qu’une personne noire se fait insulter ou discriminer (çà arrive à tout le monde) qu’elle est automatiquement victime de racisme.

    • Il y a une différence entre dire ce que l’on pense et faire du racisme. Il y a une différence entre refuser quelqu’un après un entretien parce que son CV ne correspond pas et parce que la personne est Noire. Après, je ne peux acquiescer au fait que aujourd’hui on ne peut plus dire grand-chose sans être taxé de raciste. C’est comme ce monsieur qui avait déclaré que pour se faire sauter avec une bombe il fallait quand même être courageux, et qu’on l’a taxé d’apologie de terrorisme ! Alors qu’entre les deux il y a de la marge. Mais, encore une fois, il y a une différence entre un monde aseptisé et un monde qui reconnaît l’égalité entre les ethnies.

      Je suis d’accord pour dire qu’il y a plusieurs nuances de racisme. Pour reprendre l’exemple de mon amie avec l’expression « manger comme un gros » elle a fait une discrimination sans s’en rendre compte, alors qu’elle n’a aucune problème avec les personnes obèses et que ce type de discrimination est différent du type des personnes qui disent haut et fort « les gros sont des cons, ils se traînent, ils savent rien faire, j’emploierai jamais un gros » et qui insulte à tour de bras de « grosse baleine » et compagnie. Mais il n’en demeure pas moins que, même si la discrimination faite par mon amie était non consciente elle reste une discrimination qu’il est important de pointer.

      Oui, c’est pour ça que j’emploie le terme de discrimination. Le racisme est une forme de discrimination, l’homophobie est une forme de discrimination, le sexisme est une forme de discrimination, etc., comme je le disais précédemment.

      C’est là où je diffère : si une personne Noire est discriminée à cause de sa couleur de peau alors c’est du racisme, mais si elle est discriminée parce qu’elle est homosexuelle alors c’est de l’homophobie et pas du racisme.

      • Dans ton premier paragraphe, tu as dépassé ma pensée car ce n’est pas de racisme que je parlais en faisant allusion aux sociétés aseptisées.

        Tu conviendras qu’aucun de nous n’est politicien ou diplomate et que les expressions colorées de notre langue font partie de nous alors je pense qu’il faut les utiliser sans pour autant faire exprès pour blesser quelqu’un.

        Pour reprendre ton exemple, si je dis à un ami (qui se trouve par hasard à être obèse) que mon frère mange comme un gros cochon après son entrainement de natation et que ces propos dits sans mauvaise intention blessent cet ami obèse bien alors moi je pense que cet ami obèse a un problème car il n’est pas sans savoir qu’il s’agit d’une simple expression et qu’elle a été utilisée sans mauvaise intention.

        Si on commence à bannir toutes nos belles expressions colorées (et il y en a beaucoup) pour éviter que des personnes incapables d’assumer ce qu’elles sont s’en offusquent bien alors on va se retrouver dans la société aseptisée dont j’ai parlé.

        J’ai eu (il est décédé) un beau frère qui se faisait une fierté d’être obèse et il ne manquait jamais une occasion d’en blaguer. C’est clair qu’il s’assumait et s’acceptait !

        Et j’ai aussi eu un ami obèse qui était complexé et se trouvait nombre d’excuses pour justifier sa condition. Lui, il réagissait mal à ces expressions.
        C’est clair qu’il ne s’assumait pas et ne s’acceptait pas !

      • Là encore, il y a une différence entre une « expression colorée », utilisant argot et autre, et une expression comme « manger comme un gros » et « ça fait pédé » qui jouent sur les imaginaires sociaux et les véhiculent en même temps. Ce ne sont pas expressions un peu rigolotes dans notre langue depuis longtemps : ce sont des expressions nouvelles, utilisées à tour de bras sans considération pour l’autre. Exemple : imaginons que j’utilise cette expression de temps en temps. Imaginons que je l’utilisent sur Instagram pour commenter une photo de hamburger que je vais manger. Je ne l’ai utilisée que pour la première fois depuis plusieurs semaines. Seulement les personnes qui me suivent ne suivent pas que moi. Dès lors, puisque c’est une expression à la mode, mes abonnés risquent de lire 15 ou 20 fois en une seule journée l’expression « manger comme un gros ». Pour moi c’est à la limite du harcèlement et c’est une discrimination, ça véhicule des images et des clichés, des préjugés, autour des personnes obèses. Ce n’est pas une « expression colorée » : ça flirt avec l’insulte.

        Là encore il y a une différence entre « manger comme un gros » et « manger comme un gros cochon ». L’inclusion de « cochon » amène la notion de saleté, de non respect des bonnes manières. On est loin de « manger comme un gros » qui, ici, est bien sur l’obésité. De plus je vais faire un parallèle avec le harcèlement moral (que l’on rencontre dans les collèges par exemple) qui se trouve être le seul délit pour lequel on n’a pas besoin de prouver la volonté de la personne de faire du mal à sa victime. Autrement dit ce n’est pas parce que tu ne veux pas faire de mal en utilisant cette expression que tu ne fais pas de mal.

        Encore une fois il y a une différence entre une expression colorée, comme tu dis, et une expression qui joue et diffusent les imaginaires sociaux et préjugés. Je fais une différence entre les vieilles expressions qui n’ont jamais cessé d’être utilisées, et les nouvelles expressions comme « ça fait pédé » ou « manger comme un gros » nées sur les réseaux sociaux et qui, encore une fois, répandent des sous-entendus assez malsains sur les bords.
        Mon amie ne voyait pas le problème d’utiliser « manger comme un gros ». Elle m’a dit : « mais c’est juste que j’ai l’impression de manger n’importe quoi ». Donc les gros ne mangent que des hamburger matin, midi, et soir ? Les gros sont gros parce qu’ils mangent n’importe comment ? Et la maladie ? Elle m’a dit : « non mais, j’ai l’impression de manger beaucoup ce midi ». Donc les gros se gavent ? Et quoi qu’elle me réponde on en revenait toujours à ces clichés-là. Cette expression jouent sur des stéréotypes et les personnes qui l’utilisent n’en ont parfois même pas conscience (ce qui, entre nous, est assez grave).
        En fait, je fais une différence entre « absolument éviter de blesser trois glandus susceptibles incapables de rire » et « éviter de répandre des clichés malsains et discriminatoires ». Mais cette expression « manger comme un gros » elle n’est pas drôle ! Et, si on va sur le versant de l’humour, l’humour noir ne s’accepte que quand la personne qui fait la blague a un certain capital symapathie pour la faire. Par exemple moi je fais pas mal d’humour noir parce que j’aime ça. Je fais mes blagues en présence de mes amies qui savent que je ne pense pas vraiment ce que je dis. Mais des petites camarades de fac qui ne me connaissent pas et entendent mes propos peuvent se demander si je n’ai pas un problème avec au choix : les homosexuels, les Arabes, les Noirs, les juifs, les musulmans, les prêtres, les handicapés… parce que je peux blaguer sur tout. Et si ça se trouve un jour un camarade de fac en aura marre, bondira de sa chaise ou avalera au pas de course les quelque mètres qui nous séparerons dans l’idée de me rendre la monnaie de ma pièce simplement parce qu’il n’aura pas compris que c’est de l’humour et parce que, comme nous ne nous connaîtrons pas, je n’aurais pas le capital sympathie. J’en ai conscience.

        Je fais des blagues sur les homosexuels en présence d’une amie lesbienne, mais ça ne m’empêche pas de trouver l’expression « ça fait pédé » complètement déplacée et idiote. Il y a une différence entre tout aseptiser et lutter contre des préjugés sous-entendus dans de fausses expressions stupides.

    • Je trouve ton commentaire injuste et un peu agressif. Tous tes commentaires sans exceptions ( apart le tout premier ou tu m’avais d’ailleurs Presque accusée de discriminer les hommes sur mon blog) ce sont affichés sans que je n’ai eu a les approuver. Mon site filtre les commentaire pour m’eviter d’avoir des trolls ou des choses insultantes. Je dois approuver lors de la premiere visite; une fois que c’est fait, les autres commentaires sont automatiquement affichés sans mon intervention. Si ton commentaire contient des liens (beaucoup) le site peut deciter que c’est un indésirable et le bloquer ou meme le supprimer. J’ai verifié a l’instant tu as UN SEUL commentaire dans mes indesirable et je l’ai approuvé.
      Je mets parfois du temps a repondre et /ou approuver les commentaires mais c’est un blog personnel qui reste un hobby. En dehors du blog, j’ai un travail et une famille qui passent toujours avant les petits commentaires sur ma liste de priorités. Merci pour ta comprehension.

      Pour ce qui est du terme racisme, je ne pense pas l’employer de facon abusive. Dire a une personne que les noirs sont cannibales ou lents, c’est du racisme. Il n’y a pas 36000 mots pour decrire cela. je fais la distinction entre racisme structurel/systemique/institutionel, le racisme des individus et les micros agressions. Il y a plusieurs types de discriminations certes mais au final pour celui ou celle qui le vit au quotidien, ells restent profondement desagreables voire traumatisantes…

      • «commentaire injuste et un peu agressif»,
        «tu m’avais d’ailleurs Presque accusée de discriminer les hommes»,
        «En dehors du blog, j’ai un travail et une famille qui passent toujours avant les petits commentaires sur ma liste de priorités»

        Un des principes de la bonne communication est de dire les choses en gardant toujours la porte ouverte car cela permet à la conversation de se poursuivre en évitant les escalades.
        Beaucoup de couples pourraient facilement régler leurs différents sans se chicaner simplement en se disant leurs griefs SANS ACCUSER L’AUTRE.

        Pour mon premier commentaire, oui j’ai pensé au sexisme et c’est un peu compréhensible car rien de ce que j’écrivais ne s’affichait même après un certain temps d’attente et je ne voyais que des femmes dans les commentaires. Je ne te connaissais pas et pouvais encore moins deviner que tu consultes ton blog environ une fois par mois.

        C’est vrai que si j’écris 2 commentaires de suite, le second sera mis en attente d’approbation et c’est ce qui s’est passé ici avec mon tout dernier message qui est maintenant visible mais que personne n’ira lire car le sujet est périmé.
        https://lesgaousatoronto.wordpress.com/2016/05/01/pardon-my-french/

        Je ne sais pas quand tu l’as approuvé (probablement à l’instant) mais je sais qu’il n’était toujours pas visible le 14 mai après avoir écrit ta réponse. Mets-toi un peu à ma place et tu comprendras ma frustration.

        Pour ce qui est du racisme, SVP ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit.
        Dire a une personne que les noirs sont cannibales ou lents, c’est au minimum des préjugés et peut-être aussi du racisme mais je n’en suis pas certain. En tous cas, ce qui est certain c’est que c’est de la grosse ignorance crasse et de l’épaisseur d’esprit.

        J’aurais bien aimé que tu me dises si tu as vécu du racisme en dehors des grandes villes (Toronto et Montréal) au canada car cela fait une énorme différence; les grandes villes étant généralement le siège d’une très grande immigration qui a souvent l’effet d’exposer les gens à une dose plus grande que leur capacité d’absorption et s’en suit une réaction très malheureuse d’écoeurement qui n’est pas forcément du racisme.

        Par exemple, (je ne sais pas si c’est toujours le cas) il y avait un temps à montréal où un très grand nombre de chauffeurs de taxi étaient des Haitiens et parce qu’ils connaissaient mal la ville, il prenaient des routes plus longues et en résultait une course plus dispendieuse pour le client.

        Après 3 fois tu commences à en avoir marre et certaines personnes vont aller trop loin dans la façon qu’ils vont exprimer leur colère.

        TEST
        Tout de suite après ce commentaire, je vais en écrire un autre pour voir si il va s’afficher ou se mettre en attente d’approbation.

      • Je n’ai pas ete victime de racism dans des villes en dehors de Toronto ou Montreal. On a eu une experience negative a Tadoussac . La dame etait xenophobe, elle nous a dit en entendant notre accent qu »elle n’aimait pas les Français. je lui ai demande pourquoi, elle n’avait aucune excuse valable pour justifier son attitude meprisante; juste des prejuges sur les Français . Elle n’avait jamais mis les pieds en France et basait son avis sur des on dit.

      • voici mon test

      • Bravo, le problème semble être maintenant cxorrigé… en tous cas pour un message court.

      • C »est cool. Comme je te disais si tu mets des liens le systeme filter pour eviter les spams ou pourriels comme on dit ici…

      • Le racisme naît des préjugés. A partir du moment où il y a croyance à un préjugé et réaction à une situation en suivant les préjugés sans essayer de les combattre, il y a racisme.

  12. Bon, eh bien on voit aux commentaires à quel point ce sujet fâche les Québécois. Vivant près de Montréal depuis 6 ans, je te confirme que le racisme est présent partout. Mais il a ceci de particulier que beaucoup de pures laines sont totalement ignorants de ce qu’est vraiment la différence. Pour eux l’humanité se divise encore en races, les métis sont issus de mariages blancs et autochtones et l’exotisme suprême c’est passer une semaine en hôtel club à Cuba. Ah, et tous les noirs sont haïtiens! Et forcément pauvres! Bref, Nous avons aussi été confrontés au racisme ambiant et avons vécu dans l’angoisse la naissance de la Charte des valeurs, puis dans l’allégresse la chute du PQ aux dernières élections… Je travaille auprès de femmes immigrantes qui souhaitent trouver du travail à Montréal, et je peux assurer, chiffres à l’appui, que les femmes immigrantes noires et les femmes immigrantes arabophones (pire si elles sont voilées) sont parmi les personnes les plus discriminées au Québec. Alors les pures laines peuvent s’offusquer mais ils sont racistes, oui, c’est un fait.

    • WOW, ne vas-tu pas un peu trop loin dans tes propos et ne généralises-tu pas trop facilement ?
      Et les préjugés, en veux-tu en voilà et ils sont aussi pire que ceux envers les noirs !

      L’angoisse de la charte des valeurs ? …elle n’a même pas vu le jour !
      Beaucoup de français m’ont dit qu’elle était trop timide en n’allant pas assez loin et que par conséquent, elle n’empêcherait pas le problème de s’aggraver.

      L’allégresse de la chute du PQ ?
      Ce n’est pas gentil de dire çà même si je déteste ce parti mais reconnais que le PQ est moins corrompu que le PLQ pour lequel la vaste majorité des immigrants votent.
      Je préfère de très très loin la CAQ !

      Tes statistiques au sujet des femmes noires et arabophones sont justes mais faudrait aussi dire que nombre d’entre elles n’ont aucune qualifications ni même instruction et que le marché de l’emploi à montréal est saturé au point que beaucoup de québécois pure laine comme tu dis n’y trouvent pas d’emploi non plus.

      Si les immigrants voulaient bien s’installer un peu plus en région au lieu de se concentrer dans la poubelle qu’est montréal, ils trouveraient plus facilement de l’emploi (mais faut quand-même qu’ils aient les qualifications) et leur qualité de vie serait bien meilleure (pas de logements minables ni de problèmes de divers ordres reliés à la multi-ethnicité, etc).

      A ce sujet, je pense que les français sont ceux qui s’installent en plus grand nombre dans les régions.
      J’habite une petite ville entre québec et montréal et ici il y en a plusieurs. J’ai même déjà eu un beau frère français pendant une quinzaine d’années et je l’aurais bien gardé mais çà dépendait plus de ma soeur (son épouse) que de moi.

      • Bonjour,

        J’ai supprimé ton dernier commentaire car il est insultant et violent. Mon blog est ouvert aux commentaires et tout le monde a le droit d’avoir sa propre opinion. En revanche je ne tolère ni les insultes, ni les propos racistes, haineux, homophobes ou insultants. Chacun est libre de donner son point de vue mais cela doit se faire dans le respect.

      • Réponse à Gaou

        Insultant et violent ?
        Alors là, je ne comprend pas du tout !

        J’ai informé de 3 choses:
        1- Le col bleu de montréal qui a été suspendu pour avoir applaudi à l’annonce du massacre de Floride dans le club GAY. Tu ne peux pas être contre cela quand-même !

        2- Les nombreux sévices et discrimination que beaucoup d’hommes font subir aux femmes noires et arabophones dans ces dits pays. Tu ne peux pas non plus être pour cela ou qu’on cache ces choses!

        3- Et finalement certains immigrants qui proviennent de certains pays où les choses sont bien pire qu’ici mais qui se permettent malgré cela de nous critiquer et de surcroît de façon mensongère le plus souvent. J’imagine que tu ne peux pas être aussi en désaccord avec cela !

        Bon alors je constate que la chimie ne fonctionne plus entre toi et moi et je crois bien que je ne viendrai plus sur ton blog. C’est dommage car je le trouvais différent des nombreux autres que j’ai consulté par le passé et il était en quelque sorte une dernière chance que je me donnais avant de me faire une opinion finale sur ces blogs tenus par des immigrants.

        Attention, ne vas surtout pas penser que j’ai maintenant une mauvaise opinion de tous les immigrants car en fait c’est exactement le contraire. Ce sont seulement ceux qui tiennent des blogs et qui y font des commentaires désobligeants qui m’ont déçus et j’imagine que c’est normal car c’est un peu là la marque de commerce de presque tout ce que l’on retrouve sur le web.

        Je connais de façon RÉELLE et non pas VIRTUELLE plusieurs immigrants dans ma région et je peux te dire que ce sont tous des gens superbes qui sont hyper heureux d’être ici et ils travaillent tous très sérieusement à se construire une vie meilleure que celle qu’ils ont quitté.

        Et ce soir, j’ai vu aux nouvelles sur RDI plusieurs reportages sur les enfants d’immigrants qui s’intègrent de façon ADMIRABLE dans les écoles de Montréal. Je te jure que c’était beau à voir.

        Adios madame Gaou !

      • Sérieux ? Non mais je demande parce que, vu d’ici, le ton moralisateur sur quasi tous les billets de Madame Gaou (qui spécifie pourtant TOUJOURS qu’elle parle de SON expérience et uniquement de celle-ci) pour lui rappeler (et à ses lecteurs dans la foulée) que non, TOUS les québécois ne sont pas ci ou ça, ça devient lassant. On le sait bien que TOUT un peuple n’est pas ci ou ça : il y a des gens bien partout (et des imbéciles aussi…) Mais il faut arrêter 2 minutes dans les comparaisons du type « on est moins que les Français… » (je précise que je ne suis pas française pour ne pas qu’on m’explique par A plus B qui si et que blablabla…). On n’est plus dans l’échange mais dans la rhétorique et c’est TRES USANT (t’as vu je sais aussi utiliser les majuscules ^^). Pour finir, j’avais envie de rebondir sur « l’affaire on touche les cheveux » pour dire que cela m’a profondément choqué : jamais, il ne me viendrait à l’idée de toucher les cheveux d’un Africain (non mais WTF !!!???) et qu’on ne me parle pas de curiosité. Je précise aussi que je ne suis pas noire mais par contre j’ai été enceinte… et j’ai du faire face à la « curiosité » de gens (collègues, potes, même inconnus !!!!) qui voulaient toucher mon ventre par « curiosité »… ça me dépasse tellement que je ne comprends pas comment on en vient à débattre de ça en trouvant des excuses à ceux qui posent ce genre de geste hyper déplacés à mon sens.
        Sur ce, Madame Gaou, tu peux virer mon com si tu le trouves agressif (pas de souci) mais je me contient depuis que je lis les commentaires d’un Québécois qui me semblent systématiquement sur la défensive (après, je me fais peut-être un film…). Passe un très belle journée… et continue à écrire parce que, justement, ton point de vue est intéressant, sincère et humaniste !

      • Réponse au commentaire de zenopia,

        Mais voila qui est très intéressant et qui explique bien des choses.
        Tout comme madame gaou, tu trouves que toucher les cheveux d’une collègue de travail est un geste déplacé, voire même raciste.

        Peut-être cette perception des choses a t-elle un rapport avec la religion musulmane qui demande aux femmes de couvrir leurs cheveux avec un voile. Peut-être leurs cheveux sont-il une chose sacrée qui ne doit pas être souillée par des étrangers en les touchants ?

        En tous cas, moi je peux t’affirmer que dans ma culture, toucher les cheveux d’une personne que l’on connaît, c’est un geste de curiosité qui signifie que l’on aime cette coiffure.

        Par contre, réagir violemment comme toi et madame gaou l’avez fait est très mal reçu dans ma culture car c’est comme répondre « espèce de salaud / saloppe » à une personne qui te fait un compliment.

        Appelons donc cela « le filtre des cultures » pour expliquer ces divergences d’interprétations des comportements.

        Et je te signale que côté communication tu n’es pas très forte non plus car au lieu d’essayer de comprendre, tu m’as tout de suite balancé un tas d’insultes que je ne méritais pas.

        Bon alors là j’en ai plus que marre de ce blog !

  13. Réponse à Melgane
    Je suis d’accord à 95% avec ce que tu as dit.

    L’ignorance est à la base de tout.
    Les préjugés naissent de l’ignorance et si comme tu le dis on croit que ces préjugés sont vrais et qu’on n’essaie pas de comprendre ce qu’il y a dessous alors la porte est effectivement grande ouverte vers le racisme.

    J’aime bien discuter avec toi Melgane car tu exprimes tes opinions en essayant de me les faire comprendre et tout çà sur un ton très ouvert qui n’a rien à voir avec celui d’affrontement pour gagner à tout prix que l’on retrouve chez un trop grand nombre de français et qui est hyper provoquant pour les nord américains.

    En clair, je te donne un A+ pour ta bonne communication ! 🙂

  14. Réponse à Gaou concernant son expérience en dehors de Toronto et Montréal.

    A mon avis, la dame en question n’a probablement pas été très loin en dehors de Tadoussac et moi je ne suis jamais allé à Tadoussac car çà ne m’attire pas beaucoup cet endroit. Par contre j’ai bien aimé faire le tour de la Gaspésie en 3 semaines car c’est un endroit magnifique et les gens sont super gentils.

    Concernant tes cheveux que tes collègues de travail ont touché et que le geste t’a grandement déplu, tu ne dis pas si elles ont fait des remarques désobligeantes en les touchants.

    Si elles en ont faites alors c’était très malpoli de leur part et tu aurais dû leur faire savoir.

    Par contre, si elles n’en n’ont pas faites alors j’ai l’impression (mais je n’étais pas là hein) que c’était plus de la curiosité que du racisme et dans ce cas tu devrais le prendre comme un compliment.

    Tiens, çà me rappelle la fois où je faisais la file à la caisse de l’épicerie et à 2 ou 3 personnes en avant de moi il y avait une noire avec une coiffure comme je n’en avais jamais vu et je ne pouvais m’empêcher de la regarder non seulement parce que c’était hyper joli mais aussi parce que j’essayais de comprendre comment elle avait fait.

    Sur toute sa tête il y avait des tresses d’environ 1 cm de diamètre mais la particularité était que dans chacune de ses tresses il y avait des cheveux de différentes couleurs comme si ils avaient été teints un à la fois; ce qui est bien sûr impossible.

    Je t’avoue que j’ai fait un très gros effort pour ne pas lui demander car ne la connaissant pas du tout, cela aurait été déplacé. Alors, quand mon tour est venu de passer à la caisse et que cette jolie noire était partie, j’ai demandé à la caissière comment elle avait pu faire cela à son avis. Elle m’a répondu que dans ses tresses elle avait probablement introduit des fins fils colorés.

  15. Sur l’ile, une maman blanche de l’école m’a dit un jour, à propos de ma fille « tu as de la chance, elle n’a pas trop les traits des noirs pour une noire vraiment noire » … c’était supposé être un mot gentil… ça m’a filé la gerbe…
    Sur l’ile, pour avoir un papier pour ma fille, on m’a fait chier parce que je n’étais pas noire, pas de l »ile… et, comme toi, on m’a clairement fait comprendre que si je ne me calmais pas, on ne me filerait pas ce foutu papier qui était juste là, sous mes yeux. J’ai joué le jeu. Une fois le papier en main, je me suis lâchée un peu…
    Ici, à l’école, un « camarade » de classe a tenu des propos racistes à mon grand sur sa petite soeur (ma fille donc, tu suis? 😉 ). J’ai expliqué aux enfants qu’il ne fallait pas laisser passer ça. Que peut-être cet enfant n’avait pas conscience de ce qu’il disait… mais malgré tout, il ne fallait pas laisser passer. C’est donc remonter jusqu’au directeur. Les parents de l’enfant ont été convoqués… tout s’est (a priori) bien fini…
    Ma belle-mère-pas-adorée ne m’aime pas parce que je ne suis pas de la bonne culture…
    Je devrais peut-être, comme toi, je devrais peut-être accepté qu’il fera partie de la vie de ma fille… qu’il a fait partie de ma vie un temps… et encore par ricochet aujourd’hui… mais j’ai encore du mal avec cette idée d’acceptation. 😦

    • Merci pour ton commentaire. Je comprend ce que tu ressens. C’est d’autant plus dur quand ça touche nos enfants. Quand je dis que j’accepte que le racisme fer partie de ma vie, ça ne veut pas dire laisser passer sans rien faire. C’est juste une manière de dire que je choisi mes combats. Mais je peux comprendre ta réaction car pendant longtemps j’ai eu beaucoup de mal avec cette idée d’acceptation aussi.

  16. Pour ceux et celles qui ne peuvent pas suivre les nouvelles d’actualité locales parce qu’ils n’habitent pas au Québec, j’aimerais les informer de ceci:

    En référence au carnage qui s’est déroulé en Floride dans une boîte gay, un employé col bleu d’origine camerounaise de la ville de Montréal a été suspendu hier parce qu’il a APPLAUDI cette nouvelle en disant qu’il n’en avait pas tué assez et que son dieu et lui n’acceptent pas les homosexuels.

    C’est suite à une dénonciation par 4 de ses collègues de travail qu’il a été suspendu.

    Alors je pense que cela montre bien qu’ici on ne tolère pas ce genre de propos et qu’ils ne proviennent pas uniquement des québécois de souche. Je rappelle que les immigrants comptent pour environ 40% de la population de Montréal.
    —————
    Concernant le commentaire de Themetis (un peu plus haut) auquel j’ai déjà répondu EN ME RETENANT DE NE PAS LUI CRACHER AU VISAGE, j’aimerais ajouter cet autre commentaire pour faire suite à ce qu’il a dit au sujet des femmes immigrantes noires et des femmes immigrantes arabophones (pire si elles sont voilées) qui sont selon lui parmi les personnes les plus discriminées au Québec:

    Mon pauvre petit,
    Tout le monde ici est au courant que les pays d’où ces femmes proviennent ont encore aujourd’hui la tradition de traiter les femmes de façon abominable.

    1- On les excise quand elles sont fillettes.
    2- On ne leur permet pas d’aller à l’école pour s’instruire.
    3- On ne leur permet pas de sortir sans être toujours accompagné par un homme de la famille.
    4- Aux yeux de la loi, les femmes comptent pour une demie personne tandis que les hommes comptent pour une personne; ce qui avantage grandement l’homme quand c’est la parole de l’un contre l’autre.
    5- On ne permet pas aux femmes de voter ni même de conduire une voiture.
    6- On ne permet pas aux femmes de sortir du pays sans un accord écrit de leur mari et une vérification est faite avec celui-ci.
    7- Les fillettes sont souvent violées par leur frère et leur père.
    8- Le futur mari de la femme est choisi par ses parents… sans doute en fonction de la grosseur de la dotte offerte.
    9- Une fille va recevoir la raclée de sa vie et peut même être assassinée si elle fréquente un homme inconnu de son père.
    10- On les oblige à porter le voile et même l’affreuse « poche de patate avec un trous grillagé pour les yeux ».
    11- Et je pourrais continuer ainsi encore longtemps…

    Mon opinion est que les hommes qui font ces choses (et je te soupçonne d’être l’un d’eux) se situent encore plus bas que les animaux car les animaux ne font pas cela aux femelles. Alors je ne suis absolument pas surpris de te voir avoir le CULOT de venir prétendre ici que ces femmes sont discriminées au québec.

    C’est vous, les hommes de ces pays qui avec détruites ces femmes PHYSIQUEMENT, MENTALEMENT, ÉMOTIONNELLEMENT, SOCIALEMENT, etc) alors lorsqu’elles se retrouvent ici (dans ce pays très développé), elles sont TOTALEMENT INCAPABLES DE FONCTIONNER et sont encore moins employables.

    Alors là, un GRAND BIENFAITEUR (ou plutôt profiteur) comme toi (un homme évidemment et sans doute bien payé) s’occupe d’elles pour soit disant leur trouver un emploi mais… combien réussis-tu à en placer et où ?

    Ce que ces femmes ont besoin plus que tout c’est de LIBERTÉ et D’ALLER S’INSTRUIRE À L’ÉCOLE mais çà, je doute que tu leurs donne.
    ——————-
    Je ne prétend et ne prétendrai jamais que le québec et le canada sont parfaits mais en même temps je n’accepterai jamais que des immigrants qui proviennent de pays où les choses sont bien pire qu’ici viennent nous critiquer sur ces points.

    Si ils sont trop IDIOTS pour ne pas saisir l’occasion EN OR que nous leurs donnons de se refaire une vie meilleure alors ILS N’ONT RIEN À FAIRE ICI ET DEVRAIENT QUITTER POUR LAISSER LEUR PLACE À UN AUTRE QUI LUI SERA ASSEZ INTELLIGENT POUR SAISIR L’OCCASION.

    • Merci de me vomir toute cette haine à la face. Ceci dit, je suis une immigrante, je suis une femme et j’oeuvre dans un organisme féministe. Mes trois filles sont métisses et mon mari est sénégalais. Nous ne sommes pas venus chez vous pour des raisons économiques, parce que ça marchait plutôt bien pour nous, mais parce que nous pensions que les Québécois étaient des gens chaleureux, ouverts et moins racistes que les français. Nous avions tort et vos propos nous les avons entendus de la bouche d’autres. Merci de confirmer notre sentiment. Vous êtes une personne intolérante et raciste et l’archétype du troll de blog que, personnellement j’aurais viré depuis longtemps… Remerciez les Gaous de vous donner une tribune pour vous permettre d’insulter la moitié de l’humanité… Sur ce, bonne chance. Je ne répondrai plus à vos propos haineux.

      • Tiens, Gaou a remis mon commentaire qu’elle avait supprimé (dans quel but ?) et j’apprends que Themetis est une femme (suis-je le seul homme sur ce blog ?); ce qui invalide ce que j’ai dit en pensant qu’il s’agissait d’un homme et je suis le premier à en être heureux car ces femmes seront bien mieux servies. La leçon à tirer de ceci est que les insultes provoquent l’escalade verbale… et oui, c’est encore de la très mauvaise communication.

        Par contre, étant donné que tu es une femme, tu devrais te réjouir que moi, un homme, j’ai dénoncé les nombreux sévices que ces femmes noires et arabophones (pas toutes bien sûr) subissent dans leur pays d’origine de la part des hommes.

        Mais SURPRISE, c’est tout le contraire et là j’avoue que je n’y comprend plus rien.

        Peut-être que si on m’expliquait au lieu de toujours m’insulter, je finirais par comprendre et peut-être même que j’adopterais votre cause mais à contrario, c’est tout l’inverse qui se produit.
        ——————–
        Bon alors je pense que le temps est venu de vous dire pourquoi je me suis intéressé à ce blog d’immigrants (je parle au passé parce que ce n’est plus du tout le cas).

        D’abord je voulais redécouvrir mon pays que j’adore au travers des yeux d’immigrants exactement de la même façon que l’on redécouvre la vie aux travers des yeux des enfants dont la plus grande richesse est leur innocence. Ce fut un échec retentissant car tout ce que j’ai trouvé, ce sont des femmes qui voient des problèmes partout.

        Ensuite, je voulais vous aider pour vous éviter des problèmes découlant de nos différences culturelles. L’idée était par exemple de faire comprendre aux français que tel comportement est considéré provoquant par les québécois qui risquent alors de les engueuler sans que le français y comprenne quoi que ce soit… comme c’est présentement le cas pour moi dans ce billet.

        Je pourrais aussi mentionner comme autre exemple l’histoire de se faire toucher les cheveux que Gaou considère être du racisme mais qui en réalité n’est que de la curiosité.

        Et j’ajouterai que sa réaction violente (à ce geste et à d’autres) a l’effet d’une douche froide très désagréable pour les québécois qui, pour rien au monde, ne voudront vivre une autre mauvaise expérience avec elle et feront alors tout pour l’éviter en disant par exemple « je ne veux pas parler à l’africaine ». Gaou dira alors qu’il s’agit encore de racisme mais ce n’en est toujours pas car cette personne veut seulement éviter un second traumatisme.

        Inutile de préciser que ce fut un autre échec retentissant car ce que j’ai dit a été pris pour de la rhétorique sur un ton moralisateur.

        Décidément, toutes les routes sont bloquées et il ne me reste plus qu’à quitter en vous laissant avec vos problèmes de mauvaise compréhension de ma culture.

      • Tu parles de compréhension et c’est très louable… mais est-ce que toi, tu te remets en question pour essayer de comprendre ? Par exemple, tu as jugé mes propos en supposant que j’étais de confession musulmane parce que je trouvais agressif qu’on me touche les cheveux. A aucun moment tu ne t’es dis que dans ma culture et mon éducation (belge, blanche européenne et marinée de catholicisme édulcoré… et féministe dans le sens où pour moi, il devrait y avoir égalité/femme), je pouvais trouver cela déplacé qu’on me touche les cheveux si on n’est pas un proche (un proche = mes parents, mon mari, ma fille). Peut-être au Québec, c’est un signe de respect mais pas ici… ça veut dire que si je vais au Québec, je dois accepter qu’on me touche les cheveux parce que c’est un signe de respect chez toi ?
        Quant aux insultes, je pense que tu te sens insulté mais peut-être répond-on à a manière dont tu t’exprimes… Encore cette phrase magnifique « tout ce que j’ai trouvé, ce sont des femmes qui voient des problèmes partout ». Ce que j’ai envie de répondre c’est que tu nous excuseras de ne pas être du même avis que toi. Un de mes meilleurs amis est parti vivre au Québec avec sa famille (pas français donc mais belge) : il est très heureux mais ce n’est pas pour ça qu’il dit que tout est rose, mon mari est immigré (français, je précise avant d’avoir droit à des insinuations sur l’Islam… français et pas une grosse fortune qui veut échapper à l’impôt en France, je reprécise avant qu’on tire des conclusions et qu’on lise entre les lignes). Il vit ici depuis plus de 10 ans et quoi ? Il doit se taire quand quelque chose lui déplait en Belgique ? Ben non, il a le droit d’avoir un avis… Madame Gaou n’est jamais dénigrante… Elle fait preuve d’humour et elle raconte son vécu, ses expérience… Qui sommes nous pour lui expliquer qu’elle se trompe ? C’est son ressenti et personne ne peut lui enlever ça…
        Tu nous laisse avec « nos problèmes de compréhension de ta culture » ? mais le seul qui semble avoir un problème de compréhension ici, c’est toi !

      • zenopia

        D’abord bravo pour ce nouveau ton plus conciliant, j’apprécie beaucoup, vraiment.

        Oui, je fais des gros efforts pour vous comprendre et je ne fais même que cela mais tu dois comprendre que je ne suis pas devin et par conséquent incapable de deviner le « background » des gens.

        Comprends aussi que lorsqu’une personne me balance des insultes au premier contact, cela ne m’incite pas beaucoup à envisager des possibilités gracieuses quant au « background » de cette personne. Enfin merde, je suis humain exactement comme toi !

        Alors tu es belge ?
        J’en connais quelques-uns et ce sont des gens plutôt bien avec leurs problèmes comme tout le monde. Dans ma petite ville il y a un couple d’immigrants belges qui opère une petite boulangerie artisanale avec un espace tables pour manger.

        Si tu viens au québec, bien sûr que tu peux dire ton opinion mais de grâce, ne balance pas des insultes avant de le faire car çà c’est la recette parfaite pour te faire détester. Et puis ne force pas sur les compliments car les québécois vont s’en rendre compte et ils vont se méfier de toi. Donc, soit seulement toi avec tes qualités et tes défauts et çà va bien aller.

        Si tu n’aimes pas que des copines de travail te touchent les cheveux bien alors il suffit de le leur dire gentiment et elles vont comprendre tout de suite. Faire comme madame Gaou (subir sans rien dire et ensuite crier au racisme) n’est vraiment pas la chose à faire ni ici ni ailleurs. Mets toi un peu à notre place; c’est très offensant de se faire traiter injustement de raciste !

        Et puis moi aussi je suis pour l’égalité des femmes car c’est de cette façon que mes parents m’ont élevé avec mes 6 soeurs.

        Bon alors tu vois comme c’est facile de se parler et de se comprendre quand on ne m’insulte pas et me mentionne son « background » afin que je puisse plus facilement comprendre quelle culture il y a derrière ton opinion.

      • Ce sera mon dernier commentaire sur ce point parce que ça devient lassant et contre productif.Il fait office de réponse à tous tes commentaires précédents. Mon blog est un espace personnel ouvert aux commentaires certes mais je ne veux pas passer des heures à gérer des polémiques stériles car c’est usant.
        J’ai beau relire tous mes commentaires et à ce jour je n’y trouve aucune insulte. Comme je le disais plus tôt mon but est d’échanger dans le respect et la tolérance.
        J’ai remis ton dernier commentaire pour accorder à Themetis un droit de réponse tout simplement.
        Son commentaire initial auquel tu avais répondu ne contenait pas d’insulte juste un constat basé sur son expérience. Dans le tien en revanche j’ai pu lire des termes qui m’ont choquée: cracher au visage, idiots pour ne citer que ceux là. Je ne vais pas m’étendre sur les généralités que tu as faites sur les gens des pays africains, les femmes ou sur les musulmans…
        Ton commentaire est là chacun pourra se faire son opinion.
        Je vais le redire encore une fois, je n’ai pas écrit que tous les québécois sont racistes et j’ai bien précisé que je ne faisais pas de généralités. Mais oui il y a du racisme au Quebec et je l’ai personnellement vecu. J’expose un point de vue, un vécu. Ça ne correspond peut-être pas à ta vision des choses mais ça reste ma réalité.
        Pour ce qui est de ma réaction par rapport au fait qu’on me touche les cheveux, je ne l’ai pas développée ici; je suis donc très étonnée par tes conclusions. Tu dis que j’ai eu une réaction violente, que je n’ai rien dit et que jai ensuite crié au racisme je ne vois vraiment pas comment tu en es arrivé à cette conclusion. Comme je l’ai dit plus haut je reparlerai de ce sujet plus en details et ceux que ça intéresse liront.
        Mon blog représente le monde vu de ma petite lucarne, mon point de vue. Il ne peut pas plaire à tout le monde et c’est tant mieux; en revanche je n’accepterai pas les procès injustifiés ou l’agressivité.

      • Salut Gaou
        Tu n’as pas besoin de publier ceci car c’est seulement à toi que je veux le dire.

        Le racisme est une chose très sérieuse et si on veut en parler, il convient de le faire de manière très solide en mentionnant les circonstances et tous les détails pour que le lecteur puisse se faire son opinion basée sur DES FAITS BIEN PRÉCIS plutôt que sur tes PERCEPTIONS de ce que toi tu considères être du racisme.

        C’est vraiment de cela que vient la polémique sur ce billet et c’est vraiment toi qui en est la cause.

        Si seulement tu avais fait cela, la conversation aurait été beaucoup plus courte, plus courtoise et elle n’aurait pas dérapé dans d’autres directions qui sont devenues à leur tour source de mésentente.

        Tu as le droit de ne pas aimer que tes collègues de travail touchent tes cheveux mais tes collègues ont aussi le droit d’être curieuses et d’agir selon ce qui est acceptable dans leur culture car elles sont dans leur pays.

        Alors, étant donné qu’il y a ici conflit de cultures (appelons çà ainsi), tu as donc la responsabilité d’informer tes collègues de tes limites d’acceptation car même avec les meilleures intentions du monde, elles ne peuvent vraiment pas le deviner.

  17. Dans ton dernier commentaire, tu t’interroges sur une de mes conclusions alors ne cherches plus car voici la réponse !

    « Pour ce qui est de ma réaction par rapport au fait qu’on me touche les cheveux, je ne l’ai pas développée ici; je suis donc très étonnée par tes conclusions. Tu dis que j’ai eu une réaction violente, que je n’ai rien dit et que jai ensuite crié au racisme je ne vois vraiment pas comment tu en es arrivé à cette conclusion. »

    Eh bien c’est tout simple en fait et je vais t’expliquer mais je te demande de ne pas censurer car ce serait là un manque flagrant d’honnêteté intellectuelle de ta part.

    1- Dans ta conversation avec Melgane, tu as dit ceci qui associe clairement ce geste à du racisme:

    « Il faut aussi savoir qu’il faut un sacre mental pour ne pas finir aigri et amer face a toute ces agressions. Je ne le dis pas pour me lancer des fleurs hein. Quand c’est recurrent sur des decennies c’est dur et c’est usant. La semaine derniere je suis rentree deprimee parce que mes collegues avaient passé la journée a me toucher les cheveux. Ils ne voient pas ou est le mal…
    Bref tout ca pour dire que le racisme est usant pour ceux qui le vivent et… »

    2- Dans ce dernier extrait, tu as dit que tes collègues avaient passé la journée à te toucher les cheveux.
    Çà veut donc dire qu’elles ne l’ont fait que cette journée là uniquement.

    POURQUOI UNIQUEMENT CETTE JOURNÉE LÀ ?
    La réponse est forcément parce que tu avais une nouvelle coiffure et si elles l’ont touché, c’est forcément parce qu’elles la trouvaient très belle (donc geste de curiosité). Si elles l’avaient trouvé laide, crois-moi, elles se seraient contenté de la regarder sans la toucher.

    3- Je sais aussi que tu as enduré sans rien dire parce que si tu avais dit que tu n’aimes pas être touché, tes collègues (qui sont aussi des amies) se seraient abstenues par respect pour toi et auraient encore moins insisté une journée entière.

    4- Pour la réaction violente, c’est ici sur ton blog que tu le démontre en parlant de cet incident banal comme étant une chose très grave que tu as nommé racisme. C’est de la violence au même titre que l’image « cracher au visage » que j’ai utilisé et que tu t’es empressé de dénoncer comme étant de la violence.

    5- « Crier au racisme » est une adaptation que j’ai faite de l’expression « crier au loup ».
    « L’expression vient d’une fable d’Ésope dont le titre a été traduit en français par « Le garçon qui criait au loup », et dans laquelle un garçon s’amuse à prétendre qu’il a vu un loup, ce qui le discrédite auprès des habitants de son village. Le jour où il voit vraiment un loup, personne ne prête attention à son cri d’alarme. »

    Alors comme tu vois, dans ton incident il n’y avait pas plus de racisme qu’il n’y avait de loup dans la fable et la prochaine fois que tu reparlera de racisme (cette fois avec raison), je ne te croirai pas car tu as brûlé ta crédibilité.

  18. En fait, ton expérience du racisme est biaisée. En tant que femme de couleur, tu n’auras toujours que les imbéciles heureux pour te faire des remarques racistes en face. Alors que d’autres sont racistes, mais que tout se dit par derrière. En tant que personne qui n’est pas de couleur, je trouve que les gens sont bien plus racistes que ce que j’ai connu en France (même si c’est TRES variable d’une région de France à l’autre). Car moi je suis témoin de ce qui se dit « dans le dos » et ce n’est pas triste. Globalement, je trouve que la vision des étrangers est plus arriérée au Québec qu’en France (je parle du Québec car je ne connais pas ailleurs). J’ai entendu des trucs effrayants, comme « chez les musulmans, c’est normal pour les hommes de battre les femmes ».

    Prenons Paris, par exemple, globalement les gens n’y sont pas racistes.

    La différence, ici, au Canada, c’est que culturellement, les canadiens sont courtois en toute circonstance. Tu auras rarement des gens qui vont te dire des choses blessantes en face, simplement car ça ne se fait pas (sauf des imbéciles). En France les gens sont plus brutaux, tu as beaucoup d’aigris notamment parmi les fonctionnaires qui accueillent le public (mairies, préfecture etc). Ici c’est impensable d’avoir des employés qui ne sont par courtois, c’est comme si ça n’existait pas.

    En tout cas tu étais super naïve de t’imaginer qu’il n’y avait pas de racisme au Canada. Pourquoi ça ? Parce que c’est ce qui est diffusé sur les forums d’immigration… un mensonge, parmi tant d’autres…

  19. Dis-toi qu’en tant que personne de couleur, tu auras toujours un aperçu biaisé du racisme. Quand on n’est pas de couleur, on entend plus facilement certaines choses qui se disent en coulisse. Personnellement, je peux te dire qu’au Québec (en tout cas) les gens sont assez racistes, pas forcément niveau couleur de peau, mais n’aiment pas toujours les étrangers.

  20. Je note que la censure sévit par ici. On dirait que c’est la politique de la pensée unique, après 60 commentaires bourrés de trollage, mieux vaut en rire qu’en pleurer. C’est ensuite inutile de venir faire des beaux discours sur une prétendue liberté d’expression.

    (à moins qu’on censure « à la tête du pseudo », on t’a dit que mon pseudo était un troll donc c’en est un. Dans ce cas là, c’est sans doute encore pire)

    • Les commentaires sont modérés. Si c’est la premiere fois qu’une personne commente ou si elle a change d’adresse IP, le commentaire passe en moderation et il faut que je le valide. Parfois ca prend du temps. Je ne comprends pas vraiment cette histoire de pseudo , je ne vais donc pas la commenter.
      J’ai validé ton premier commentaire que je n’avais aucune raison de censurer.

  21. C’est vra iqu’ici je ressens bcp moins le racisme qu’en France. Probablement parce que j’ai la peau matte. En France on me traite de « sale rebeu ». Ici je suis juste « francaise ». Mais ca n’empeche pas certains de faire des remarques sur les etrangers, les autochtones ou ceux de Vancouver sur les Chinois (je suis en C-B). Mais c’est vrai que le climat est tout a fait different et bien plus tolerant quand meme.
    Ici dans les Rocheuses ces remarques viennent surtout des « Red Necks » et de tous les australiens qui viennent ici!

  22. L’humanité est une. Nous avons le même début, la même fin.

  23. Waow… ton histoire m’a sidérée / atterrée… je serais toujours révoltée de la facilité avec laquelle les racistes soufflent leurs idées fétides à la face du monde… et la force désarmante de leurs mots 😦 Mais surtout je suis admirative des gens qui comme toi s’élèvent signes et droits face à cette ignominie

    Je ne suis pas noire mais je constate que ce mal insidieux est de plus en plus décomplexé comme tu l’as très bien relevé. Je compatis. Et je ne peux m’empêcher à ces hommes et ces femmes qui ont su ne pas se décourager face à la bêtise de l’intolérance et de l’irrespect (N.Mandela, Ghandi…) des âmes pures de mon point de vue à la peau pas si blanche que ça …

  24. Je viens de lire votre billet.
    Il a un intérêt pour moi et pour tant d’autres j’imagine, car pour ma part je suis venue avec l’idée que ça serait moins pire qu’en France… D’où mon intérêt sur votre expérience.

    Sachant que je ne le vis pas au quotidien car blanc de peau.

    Malgré cela je suis, il me semble, assez conscient des différents niveaux de racismes existant.
    Les plus pernicieux comme les plus vulgaires…

    Je ne pourrais pas encore parler réellement de mon expérience ici à Montréal car je suis ici depuis seulement 4 mois.

    Mais j’ai vécu dans différents endroits et j’ai trouvé le racisme partout…
    En France, qui selon mon passeport, est mon pays, j’y ai vu tout l’art de le pratiquer dans le cadre institutionnel, médiatique, politique, economique, social, etc…
    À divers occasion j’ai eu la grande chance d’être régulièrement le confident du bon beauf blanc de France raciste qui cherchait n’importe quel oreille ( blanche) pour y cracher son ramassis de conneries.

    Tout cela pour vous dire que j’ai vraiment eu ma dose… Et encore, je suis bien conscient que je ne souffrait pas directement de cela dans mes réalités quotidiennes.

    Donc j’avais un maigre espoir en venant ici, que la société canadienne québécoise serait peut-être un peu moins atteinte au vu de la politique d’immigration et du discours politique officiel…

    En tout cas je vous remercies d’avoir partager cela.
    Cela va me rendre plus attentif.
    Non pas que je n’ai pas déjà eu le droit au confidence assez limite de certain « bon québécois »…

    Mais ayant eu des avis principalement issus d’Algeriens (mon beau père)et de Tunisiens ayant vécu depuis des années au Canada, je trouvais tout de même des retours assez positifs.

    Après, je suis conscient que les réalités sont différentes pour chacun et le prisme dans lequel nous sommes joue sa part…

    Dsl pour ce long texte et malgré cela je n’ai écrit que 10 pourcent de ce que j’aurais voulu dire.

    On continue d’essayer de ne pas tomber dans les pieges…

    Force à vous.

  25. Parfaitement en accord avec toi ma soeur. Pourrais-tu créer une page fcbook? Ce seraitype plus facile de partager ton expérience qui est tout aussi semblable à celle de toutes les personnes de couleur

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :