Une évaluation pas comme les autres…

J’évoquais ici le hi five pour vous parler des pratiques étranges au boulot. Aujourd’hui je reviens avec une nouvelle pratique que je n’avais jamais expérimentée jusque-là, elle s’appelle : Performance Review Feedback. Derrière ce nom barbare se cache un système d’évaluation de l’employé. Je vous entends déjà me dire qu’en France aussi on le fait et que toutes les entreprises évaluent les performances de leurs salariés.
La grosse différence entre l’évaluation dont je veux vous parler et celles auxquelles j’ai été habituée jusque-là se trouve dans la forme. En effet, contrairement aux autres évaluations, la Performance Review Feedback n’est pas faite par le manager du salarié concerné mais par … ses collègues. Oui vous avez bien lu collègues. Cette appréciation a autant de valeur que toutes les autres et joue un rôle très important dans la façon dont on est perçu par son employeur.

Pour mettre en place la Performance Review Feedback, le responsable de service, choisit une liste de personnes avec qui son employé échange quotidiennement, et leur demande d’évaluer ce dernier. Le niveau hiérarchique n’a aucune importance dans ce cas précis, on peut demander à un de vos subordonné de noter votre performance. Il s’agit d’une évaluation sérieuse qui a une place très importante dans l’avancement de l’employé ; on ne se contente pas de recueillir une série de ragots sur les gens.

L’évaluation se fait de manière formelle et à l’insu de l’intéressé.  En gros chaque salarié sait que ses collègues vont être amenés à le noter mais on ne sait pas qui va être sollicité, ni à quel moment.

Le moment venu, les personnes choisies par le manager, reçoivent un formulaire avec une liste de questions auxquelles elles doivent répondre de la manière la plus professionnelle possible.
Les questions sont très précises et abordent différents aspects de la vie au bureau. On interroge aussi bien sur les compétences que sur l’attitude de l’employé.

Je vous l’ai déjà dit sur le blog, ici votre comportement compte autant (sinon plus) que vos compétences. Vous avez beau avoir des résultats extraordinaires, si vous avez une attitude jugée inacceptable, ça ne passera pas. Il faut être sociable, gentil avec ses collègues et surtout positif. Il faut toujours trouver les bons mots pour communiquer. Quand on vient comme moi d’un environnement où on dit ce que l’on pense quitte à heurter la sensibilité des gens, utiliser des termes positifs pour critiquer s’avère être un exercice compliqué.

Voici quelques exemples de questions que j’ai pu glaner ici et là :

Est-ce que Cunégonde communique de manière efficace ?

Diriez-vous qu’elle effectue correctement les tâches qui lui sont attribuées ?

Comment décririez-vous son attitude au bureau ?

Diriez-vous que Cunégonde a les compétences requises pour le poste?

Quels sont selon vous les améliorations qu’elle pourrait apporter à sa performance ?

Chaque réponse (même positive) doit être justifiée avec des exemples précis. Il ne s’agit pas de balancer des infos complètement subjectives sur ses collègues.

Comme on est au pays du amazing, c’est très mal vu d’émettre des critiques ou des commentaires négatifs sur ses collègues même s’ils sont fondés. Le but de l’exercice n’est pas de dire que Cunégonde est une connasse asociale qui glande toute la journée même si c’est la vérité. On dira plutôt que même si elle est awesome elle interagit difficilement avec l’équipe et qu’elle devrait prendre un peu plus d’initiatives.  On préfèrera parler d’axes d’améliorations plutôt que de points négatifs. En effet une appréciation beaucoup trop négative peut être à double tranchant pour la personne qui l’émet. On peut penser que vous n’avez aucun esprit d’équipe. N’oubliez pas non plus que Cunégonde peut-être à son tour sollicitée pour vous évaluer. Les évaluations ont beau être anonymes, les employés sont des êtres humains comme les autres et ils parlent entre eux. Si vous avez cassé du sucre sur le dos de Cunégonde, elle peut très bien vous renvoyer l’ascenseur ; après tout entre bisounours, il faut bien se rendre service n’est-ce pas ?

Même si chaque employé doit obligatoirement avoir une evaluation, on n’est pas obligé de noter ses collègues. En gros tout le monde doit être évalué mais chaque employé a le droit de refuser de noter son camarade. Attention toutefois parce que ce refus pourrait être mal interprété. En effet le manager peut supposer que l’on refuse de noter son collègue parce qu’on a que des choses négatives à dire.

Il en pense quoi de tout ça le Gaou ?

Je trouve que c’est une approche intéressante à la vie au bureau. C’est toujours bien d’avoir des commentaires de ses pairs sur son travail. Ça a plus de poids que les évaluations du manager, qui n’a pas forcement  accès à toutes les données. On a tous eu un collègue schizophrène qui change complètement personnalité et devient super compétent quand le manager est dans les parages. Le fait de devoir rendre des comptes à ses collègues est une bonne chose de ce point de vue. Ça permet de couper l’herbe sous le pied des gens dont la seule compétence consiste à lécher les bottes de l’équipe dirigeante.

En revanche,  je me demande si cette évaluation peut vraiment être objective. En effet dans la mesure ou on est noté par les gens avec qui on interagit tous les jours, l’appréciation peut être biaisée si on s’entend extrêmement bien avec eux ou si on fait tout pour être dans leurs bonnes grâces. Du coup je m’interroge sur la valeur qu’on peut accorder à une évaluation qui serait faite sur une base de ‘copinage’…

Sur ce je vous laisse mon Performance Review Feedback arrive à grands pas, je vais aller faire de la lèche chercher des donuts pour les membres de mon équipe…

Vous connaissiez la Performance Review Feedback ?

Publicités


Catégories :Les Gaous au Canada

Tags:, , ,

11 réponses

  1. Ce qui m’a édifié en lisant ton billet, c’est que je ne voyais pas le problème…je n’ai bossé que trois mois en France, je ne sais même pas comment ça se passe!

    • Ça doit être un système purement anglo-saxons j’imagine. J’ai une amie qui a bossé toute sa vie en Amérique du Nord et qui bosse en France depuis peu, elle a vraiment du mal avec la façon de communiquer en France. Elle est pourtant Africaine comme moi. Comme quoi hein 😊
      Merci d’être passée!

  2. Tu sais si ça a lieu partout ? Si des évaluations avec une forme pareille avaient lieu dans l’université où je travaillais, ça expliquerait beaucoup l’atmosphère « je te déteste et te démonte devant les étudiants mais je fais mon hypocrite quand je te croise dans l’ascenseur ou quand je parle de toi au Doyen » !

    • Je bosse dans un College et non on ne le fait pas 😉 Je ne l’ai d’ailleurs jamais fait sauf dans une énorme boite privée où j’ai bossé 6 mois. Et encore on m’a rien demandé vu que j’étais en contrat.

      Je ne suis pas sure qu’on le fasse beaucoup dans le public… Quoique…

      • Merci Lisa ! J’avais failli évoquer la différence privé / public et puis je me suis souvenue que les universités sont plus ou moins privées d’où ma question quand même. Je ne connaissais pas ton blog, je vais voir tout de suite 🙂

    • Je pense que ça dépend des boîtes / écoles / universités. Pomdepin qui est dans l’éducation aussi il me semble à l’air de trouver ça normal. Quand j’étais à la fac ici, nous (étudiants) évaluons les profs et ils pouvaient être virés sur cette base. En revanche, je ne sais pas si les employés se notaient entre eux. Ça doit vraiment varier en fonction des boîtes.
      Merci d’être passée 😊

  3. C’est un système similaire aux USA. D’ailleurs c’est aussi quelque chose que les parents font dans les charters schools (mélange public/privé) et certains profs peuvent ainsi se faire virer sur décision des parents, ce que je trouve parfois dur et injuste. Imaginez en France!

    • Salut Evelyne! Moi aussi j’ai trouvé que le fait de licencier un professeur sur decision des parents etait vraiment grave. Les parents peuvent et doivent donner leur avis mais on ne devrait pas licencier quelqu’un sur cette base.
      Merci du passage 🙂

  4. Mon mari me dit que c’était déjà pratiqué pour lui en France, ce système (bon il travaille pour une grosse entreprise installée dans le monde entier, mais qui est française !)

    Par contre, moi je travaille dans le public au Québec, et ce n’est pas pratiqué.

    • Oui tout depend surement des entreprises. J’ai beaucoup de mal a imaginer ce type d’evaluation dans un contexte francais ou on ne mache pas toujours ses mots! Desolée pour les accents et les fautes j’ai un clavier Anglais et j’ai beaucoup de mal. Merci pour le commentaire ! 🙂

    • Moi, pendant 17 années au québec et en ontario, j’ai travaillé dans 8 entreprises privées et je n’ai JAMAIS vu ce système d’évaluation. L’évaluation était plutôt TOUJOURS faite par le superviseur directe et selon des critères bien précis et à certains endroits, on avait même la possibilité de contester cette évaluation.

      Si un tel système avait été mis en place aux endroits où j’ai travaillé, je te jure que tout le monde aurait vivement protesté et boycotté ce système affreux !

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :