Chronique d’un retour au pays natal

DakarNe vous faites pas avoir par le titre pompeux, je ne suis pas rentrée au Sénégal. J’aurais bien voulu mais le prix exorbitant des billets d’avions m’a refroidie. Cette préparation de voyage avortée m’a fait penser à toutes ces petites choses qui faisaient partie de mon quotidien au pays et qui m’insupportent quand je vais en vacances.
Avec le temps, un décalage s’est sournoisement installé entre mes proches et moi. Je ne réalisais pas à quel point l’immigration m’avait changée avant mes derniers retours au pays.

J’ai fait un petit classement des situations auxquelles je suis confrontée quand je rentre.

1- Quand des gens que je ne connais ni d’Adam ni d’Ève me demandent ce que je leur ai apporté comme cadeau…
Ça ne rate jamais.  À peine débarquée de l’avion il y a toujours des gens (je ne parle pas des proches mais bien des cocos* professionnels) passent à la maison  pour demander ce que tu leur as apporté..
Comme je n’apporte jamais rien mes parents leurs donnent toujours parfois de l’argent en disant que c’est de ma part.

2 – Quand on me demande de m’occuper de mon mari…
À chaque fois j’y ai droit! Il y a généralement des femmes qui vont me dire avec un sourire désapprobateur de m’occuper de mon mari. À les écouter, je dois être la servante de mon époux, lui faire à manger, me lever plus tôt que lui le matin pour lui servir son petit déjeuner etc.
Une de mes tantes qui a vu mon époux repasser m’a dit d’aller le libérer parce que les hommes n’aiment pas les tâches ménagères.  Je dois être un homme parce que moi aussi je déteste ça!
Je n’ai JAMAIS compris cette vilaine habitude  qu’ont certaines et qui consiste à infantiliser un homme sous prétexte de bien s’en occuper.  Au Togo une de mes tantes apportait une bassine d’eau et du savon à table pour que son homme ce gros paresseux n’aie pas à se lever pour aller se laver les mains. De plus Monsieur ne mangeait que des plats togolais qu’il faut minimum 2h pour cuisiner. Les plats devaient être préparés UNIQUEMENT par sa femme qui travaillait à temps plein. Elle me disait que si elle le chouchoutait ainsi il n’irait pas voir ailleurs. Ironie du sort, il  l’a trompée avec une nana plus jeune qu’il emmenait au restaurant car elle n’aimait pas cuisiner…
Je ne dis pas de ne rien faire pour son homme, mais on est au 21e siècle, on peut partager les tâches ménagères.

3- Quand on compare ma tenue vestimentaire à mon statut d’épouse et de mère…
Trop moulant, trop court , trop décolleté pour une mère de famille.  Tu ne peux pas sortir comme ça maintenant que tu es mariée. C’est vraiment insupportable.  Un peu comme s’il y avait un attirail ou un accoutrement de femme respectable. Quand ça arrive je fais généralement la sourde oreille parce que je ne veux pas perdre mon temps à polémiquer sur des chiffons.

4 – Quand on me dicte le comportement que je dois avoir…
La dernière fois que je suis rentrée, j’ai passé une soirée avec des copains pour fêter nos retrouvailles.  Le lendemain j’ai eu droit à un sermon. Comme j’étais en vacances sans mon homme je devais vivre en recluse et éviter les autres hommes parce-que ça ne fait pas bien.

5 – Quand on me fait remarquer que j’ai grossi…
Ce n’est pas toujours une critique. En tant que femme mariée, le fait de grossir peut vouloir dire que je suis épanouie et donc heureuse en ménage. Il ne s’agit pas non plus de prendre 400kg hein. Mais s’arrondir une fois mariée est une bonne chose.
Dans ces cas là j’évite d’évoquer les soirées loose durant lesquelles je déprime devant la TV avec mon plateau de bouffe. Je sais qu’on me sortira cette phrase ridicule (et choquante) qu’on me sort à chaque fois que je parle de déprime  » Ah non hein, une Africaine ne déprime pas. Il faut mettre tes problèmes en prière. Dieu est grand… »

6 – Quand on me demande si je suis malade parce que j’ai (enfin) maigri…
Passer des semaines à se priver de bon pain,  à manger des légumes fades et insipides,  se farcir d’abominables abdominaux pour s’entendre dire qu’on a l’air malade c’est toujours agréable. Merci la famille.

7 – Quand on me dit qu’il est temps de faire un autre enfant…
Celle ci m’énerve au plus haut point. Même si elle n’est pas spécifique à ma famille.

8 – Quand mes parents me font faire le tour de la ville pour aller saluer tontons et tatas en tout genre…
L’égoïste que je suis va en vacances pour profiter de sa famille proche, passer du bon temps et boire des cocktails avec ses copines. Alors forcément quand mes parents préparent un planning de visites pseudo diplomatiques et me le collent dès mon arrivée ça ne me fait pas rire. Mais j’y vais parce que ça leur fait vraiment plaisir.

9 – Quand mes parents sont informés de tous mes faits et gestes…
Chez nous l’éducation se fait en communauté. Eh oui dans ma famille même à 40 ans on continue à la parfaire.  Je serais toujours le souffre douleur la petite de quelqu’un. On met un point d’honneur à s’assurer que je ne « verse pas le visage de la famille parterre*… »
Chaque fait et geste impacte la famille en bien ou en mal. Quand on me croise quelque part, on appelle les parents pour leur dire l’air de rien : « J’ai vu Gaou en ville, elle était avec le fils machin, le jeune voyou. » Jeune voyou dans ce cas précis voulait dire celui qui n’est toujours pas marié à 35 ans et qui fume… des cigarettes.

10 – Quand on me demande d’expliquer la vie à un adolescent qui n’a rien demandé …
Il y a toujours un cousin ou une cousine qui est considéré (parfois à tort) comme étant sur la mauvaise pente à qui on demande de parler. En tant que grande soeur je dois le faire chier lui faire la morale. J’ai souvent de l’empathie pour lui / elle parce que j’étais dans sa position il n’y a pas si longtemps…

 

Malgré tous ces « désagréments », je continuerai à rentrer avec grand plaisir au pays pour voir ma famille parce que ça fait du bien de discuter de la vie avec mon père ou d’aller au marché avec ma mère, parce que c’est génial de retrouver les hommes et les femmes merveilleux que sont devenus mes cousins, parce-que les colliers de perles que ma grand-mère fabrique et me met autour de la taille valent tout l’or du monde,  parce personne ne cuisine aussi bien que mes tantes; parce-que ça fait zizir de retrouver  copains et copines d’enfance; parce-que voir ma fille jouer avec son père et dormir dans la chambre où j’ai passé une partie de ma vie ça n’a pas de prix…

 

 

 

Cocos* veut dire profiteurs
Verser le visage de quelqu’un parterre, c’est lui faire honte.
La superbe photo a été prise à Dakar par moi. Oui je sais mes pieds sont magnifiques.

Publicités


Catégories :Gawazeries

Tags:, , , , ,

9 réponses

  1. Haaaaaan mais c’est tellement ça. A peu de choses près, j’ai droit à exactement les mêmes choses quand je retourne au pays… parce qu’en plus, j’ai le malheur de ne pas encore avoir d’enfant (et de ne pas en vouloir) après 2 ans de mariage…

    • MDR. Je ne suis pas étonnée. Je suis restée mariée 2 ans avant d’avoir la puce ils me soulaient aussi. Maintenant qu’elle est née on me fatigue pour faire un 2e. Il faut à tout prix faire des gamins même si tu ne te sens pas capable de t’en occuper ou que tu n’en veux pas tout simplement…
      Mes copines célibataires, on leur demande de se marier… Bref ils fatiguent.
      Merci du passage 🙂

  2. C’est terrifiant tout ça…tu vas rire, certains points me rappelle des trucs, mais on sent que chez toi, c’est du lourd!

  3. J’ai eu numéro 8… On nous annonçait: Tata Xx vous attends pour 5 heures, dépêchez-vous! alors qu’on rentrait d’une balade en montagne… Monsieur n’en revenait pas!!!!

    • Et si tu dis non c’est un incident diplomatique. Pareil ici. Mon mari a fini par s’y faire même s’il râle comme pas possible à chaque fois et je le comprends.
      Ceci étant dit, quand on va dans sa famille et qu’il ne va pas saluer TOUS ses oncles et tantes parce qu’il veut profiter de son séjour et pas courir partout, je suis choquée. Cherchez l’erreur 😆

  4. Tes pieds SONT magnifiques 🙂

    J’adore : « Ah non hein, une Africaine ne déprime pas. Il faut mettre tes problèmes en prière. Dieu est grand… » Ça m’a fait sourire, c’est pas drôle hein, juste… je sais pas, une autre façon de voir les choses.

    Je crois que pas mal de points peuvent s’appliquer au retour-dans-tous-les-pays, surtout le « t’as grossi oh lala », « t’as perdu du poids t’es sûre que ça va? » « tiens, je me demandais justement comment immigrer là où t’es… » « tu m’as ramené quelque chose? »

  5. Bonjour !

    J’ai découvert ton blog hier, je n’en décolle plus ! j’ai presque rattrapé mon retard sur tous les articles.
    Pour la première fois je vois en écrit et surtout avec humour mes tribulations du quotidien en tant que sénégalaise a Toronto.
    Magnifique photo en passant ! je reviens de Dakar il y a juste 3 jours, ce qui me fait regretter de ne pas avoir découvert ton blog plus tôt afin de te demander d’ou elle avait été prise.

    En passant j’adore ton style d’écriture, ca fait plaisir de savoir quil existe encore des personnes sachant manier la langue française. La lecture n’en est que plus agreable.

    Bonne journée !

    • Bienvenue Cathy! Dakar me manque tous les jours ndeyssane ! Merci pour les compliments sur le blog je suis vraiment touchée. La photo a été prise pas loin de Saly. C’est un petit coin de paradis cet endroit. 🙂

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :