Rencontre du troisième type…

say-whatJ’ai récemment rencontré un de mes compatriotes français à une soirée. Il a débarqué à Montréal il y a quelques temps et se fait tout doucement à sa vie  de touriste d’immigré …en vrai il a dit expat; il ne travaille pas encore et  est venu seul mais bon il est expat quand même  oui je pinaille
Durant notre échange, il m’a dit sur un ton vraiment condescendant (il était plus con que descendant à vrai dire … OK je sors) qu’il évitait les Français et qu’il n’avait pas traversé l’océan atlantique pour se retrouver avec des « maudits Français »; ce sont ses mots…
C’est non sans une pointe d’agacement dans la voix, que je lui ai demandé pour qui il se prenait pourquoi il fuyait ses compatriotes. J’espérais sincèrement qu’il me donnerait des arguments plus ou moins valables (du style je veux améliorer mon anglais) mais en fait en guise de réponse j’ai eu droit à un ramassis de clichés.
Monsieur m’a dit que les Français (les 65 millions ?) étaient arrogants, racistes, pédants, râleurs et manquaient de savoir-vivre.
Bref, vous l’aurez compris il ne trouvait que des qualités à ses concitoyens.
Le tout était servi avec un dédain extraordinaire et un semblant d’accent québécois qui relevait plus du ridicule que d’autre chose. Son pseudo accent m’a fait penser à certains Européens  qui débarquaient à Dakar du temps où j’y habitais encore et qui parlaient avec l’accent « africain », qui ressemblait plus à l’accent caricatural de Michel Leeb qu’ à autre chose. En un mot : ridicule.
Arrivé il y a peu de temps, mon cher compatriote semble maîtriser le vocabulaire local mieux que les Québécois eux-mêmes. Il a poussé le vice jusqu’à me préciser « qu’ icitte il faut dire peinturer et non peindre ». À cet instant précis je lui aurais bien lancé un tchip tonitruant à la figure mais je n’étais pas certaine qu’il saisisse tout le mépris qui en découle. J’ai été choquée par sa propension à généraliser et je me suis sentie insultée par son toupet.

Ceci étant dit, si son comportement ne traduit pas une réelle volonté de s’intégrer, je ne sais pas ce que c’est. Je me suis surprise à douter de sa nationalité tellement les arguments avancés étaient ridicules, méprisants et dignes d’une personne qui n’a jamais mis les pieds dans son pays.
Loin de moi l’idée de juger ce jeune homme (enfin si un peu beaucoup quand même) mais j’étais franchement abasourdie et un poil irritée par son argumentaire à la con sans queue ni tête.
Je peux comprendre qu’on ait envie de rencontrer la population locale quand on est à l’étranger mais fuir ses comparses, ça me dépasse. On n’est pas obligé de rechercher coûte que coûte la compagnie de ses concitoyens et  de faire du communautarisme; ce n’est pas mon propos.

Je pense tout simplement que dans une immigration / expatriation les rencontres (la majorité du moins) nous apportent quelque chose.  Cette richesse /expérience est bonne à prendre quelques soient les origines ou la nationalité de la personne en face de nous.
Je ne choisis pas mes amis et mes fréquentations selon leurs origines ou leurs passeports mais en fonction de nos affinités. De plus j’évite tant que faire se peut, de véhiculer sciemment des stéréotypes négatifs et insultants sur mon peuple (oui le choix du mot est volontairement pompeux) ; c’est donc tout naturellement que j’ai été interloquée par son approche.

Le ton est rarement aussi injurieux et méprisant, mais n’est pas la première fois que j’entends ce discours de la part de certains Français  et à chaque fois je suis bouche bée.

J’ai rarement entendu des Togolais ou des Sénégalais dire ouvertement qu’ils fuyaient leurs compatriotes à l’étranger. J’ai plutôt l’impression que ce sont des communautés qui essayent de rester soudées. Je me trompe peut-être étant donné que ces constatations sont fondées sur mon expérience personnelle et manquent  d’objectivité. Il se pourrait que je sois toujours bien tombée jusque là, tant mieux.

Quand j’ai appris qu’il venait d’arriver et avant d’échanger avec cet individu j’avais préparé une diarrhée verbale, un discours à base de: « si tu as besoin d’aide… « , « Il ne faut pas sombrer dans la solitude… « ,  » N’hésite pas à… » mais je me suis ravisée après l’avoir entendu critiquer généreusement ses compatriotes.

Même si je me suis vraiment sentie insultée par son attitude (ne me demandez pas pourquoi), je souhaite de tout cœur qu’il s’épanouisse dans son aventure et qu’il rencontre pleins de gens dignes de lui…

 

Et vous , vous avez  déjà fait des rencontres du troisième type ?

 

 

 

Le GIF qui illustre mon billet vient d’ici

Publicités


Catégories :Le Gaou est fâché

Tags:, , ,

18 réponses

  1. Plusieurs rencontres de ce genre d’individus durant les 14 ans passé au Québec et comme par hasard la plupart sont repartis assez rapidement à vouloir tellement s’intégrer qu’ils ont finis par se désintégrer!!!

  2. En même temps, il est une illustration parfaite de sa description des français!

  3. Lol, il t’a parlé ?! Mais pourtant t’es française !! Ps : je supporte pas la confusion immigration / expatriation… Et y’a un gros sens d’amalgame derrière cela.
    Bref, je lui souhaite une bonne installation avec de belles rencontres (il vient de te rater, dommage pour lui…).
    Sinon, ce type de rencontre tu te doutes que je l’ai eu de temps à autre avec des personnes qui debarquait lorsque j’etais au Senegal et Congo, et qui voulu absolument voir les clichés « tradition » vehiculés en occident sur ce continent. Et surtout ne pas trainer avec des français… Ils ont été deçus … Enfin bon…

  4. Tu as raison, Madame Gaou, quand j’ai débarqué ici j’ai été drôlement contente de trouver des français, surtout à l’époque sans Skype etc ça faisait du bien de pouvoir communiquer autrement que par dictionnaire interposé…
    Depuis j’ai rencontré des français immigrés pour toutes sortes de raisons, dont certains comme ton jeune homme: ceux-là pensent se réinventer dans un pays étranger mais ils ont en réalité un bagage bien lourd à l’intérieur d’eux-mêmes. Il y a ceux (les arrogants) qui détestent tout du pays d’accueil (au bout de 20 ans tu te demandes pourquoi ils sont tjrs là) et il y a ceux qui acceptent la différence et le meilleur de la situation.
    Mais c’est une chose que j’ai remarquée: les français sont moins « grégaires » que d’autres. Pareils pour les hollandais et les allemands, tous ceux que je connais ne se connaissent pas entre eux, et ne se recherchent pas! Bon j’arrête, peut-être que je devrais faire un billet dessus.

    • Oh oui fait un billet 😊
      C’est toujours super de lire les expériences des autres!
      BTW je vais essayer de faire ton A-Z tag un jour 😊
      Merci d’être passée.

  5. Je lis tes articles depuis quelque temps et j’aime vraiment ta plume. Pour en revenir à notre petit arrogant de service, j’ai rencontré (également lors d’une soirée chez une amie avec 80% de gens made in France) une fille dans le même genre. Mon dieu, pour elle la France c’était l’enfer et le Canada le monde des bisounours. Elle était très négative à propos de la France, dénigré tout et n’importe quoi bref il n’y avait rien de bon à ces yeux. Mais pauvre d’elle, j’ai appris plus tard que Mlle a dû rentrer en enfer, car elle n’avait pas trouvé d’emploi pour faire un permis jeune professionnel. J’ai trouvé cela très drôle triste 😉

  6. J’utilise désormais si souvent le verbe peinturer que de prime abord, peindre m’a paru bizarre ☻.

    Mais non, ce n’est pas uniquement ça qui a retenu mon attention dans ce billet. Pour un nouvel arrivant, il fait fort quand même. Sinon, cette façon de penser n’est pas isolée. Il y a de tout et heureusement, des immigrants et expatriés lucides et objectifs. Fiou!

    En revanche, ça ne lui ferait pas de mal de vérifier dans un dico la définition du mot expatrier. Ainsi, ça lui évitera de se ridiculiser davantage.

    • Le verbe peinturer j’ai du mal à l’employer. Il ne me choque pas dans la bouche des autres mais moi j’y arrive pas! C’est comme « s’assir », je ne peux pas … 😊

  7. Je lis tes articles depuis quelque temps et j’aime vraiment ta plume. Pour en revenir à notre petit arrogant de service, j’ai rencontré (lors d’une soirée chez une amie avec 80% de gens made in France shame on me) une fille dans le même genre. Mon dieu, pour elle la France c’était l’enfer et le Canada le monde des bisounours. Elle était très négative à propos de la France, dénigré tout et n’importe quoi bref il n’y avait rien de bon à ces yeux. Mais pauvre d’elle, j’ai appris plus tard que Mlle a dû rentrer en enfer, car elle n’avait pas trouvé d’emploi pour faire un permis jeune professionnel. J’ai trouvé cela très drôle triste 😉

    • Roh merci pour ton commentaire! Effectivement pas besoin de cracher sur son pays d’origine pour s’intégrer dans son pays d’accueil! On peut aimer les deux.😊

  8. J’ai aussi débarqué avant que les réseaux sociaux en ligne et tout soient populaires (ou existent, tout court!). Je me situe un peu entre les deux. Je ne crache pas sur la France par principe et parce que la France ne m’a rien fait du tout. Je dis souvent que je ne suis pas partie en claquant la porte, mais parce que je voulais aller voir le monde 🙂

    Au début, j’ai cherché les Français. Y’en a pas beaucoup à Ottawa… j’ai trouvé de très bons amis mais aussi un paquet de cons. Ben oui, dans les Français, comme dans toutes les nationalités, y’a de tout. Conclusion, partager un passeport ne veut pas dire qu’on va s’entendre… ni se détester. J’ai beaucoup de mal avec les Français qui se revendiquent Québécois (en prenant le vocabulaire, les combats politiques et tout) avant même d’y vivre. Genre, quoi. Après 15 ans sur place, je peux comprendre l’assimilation, mais avoir été 15 jours en vacances et avoir lu le Guide du routard ne veut rien dire…

    Bref, au bout de 15 ans ici, j’ai de très bons amis français (et de partout d’ailleurs) mais on est tous du genre intégrés, ici depuis longtemps, mariés à des Canadien(nes) ou autres nationalités, etc. Pas des expats de courte durée.

  9. J’aime beaucoup le ton de ton blog et je suis assidûment tes aventures! Je pars cet été vivre au Sénégal, pays que je connais plutôt bien même si les vacances c’est pas la vraie vie. Je ne censure aucune rencontre, la connerie est la qualité la mieux partagée au monde par toutes les nationalités, la preuve tu as rencontré un beau spécimen et bien de chez nous celui là !!!

  10. ah ben je te trouve bonne joueuse! nan parce que clairement, je souhaiterai qu’il se plante et qu’il ait besoin pour une raison x ou y de contacts avec des français, et se prenne à la place une bonne claque en retour!

    j’ai fait des rencontres de ce genre en Angleterre. J’ai d’ailleurs moi-même tenter d’éviter une française qui était là haut aussi… mais pour le coup, vraiment pour améliorer mon anglais, me connaissant suffisamment pour savoir qu’elle grosse feignante je suis si je trouve quelqu’un pour tout me traduire. Mais j’ai changé d’avis, rencontré cette personne, et nous sommes devenues inséparables… mon anglais a progresse malgré tout… comme quoi. 🙂
    J’ai rencontré aussi des gens comme ça sur l’ile. Des têtes à claques ridicules!

  11. vraiment désolée de te décevoir, mais il faut que je t’avoue que j’ai pris un accent sénégalais quand je parle français… Pour ma défense, c’est loin d’être volontaire… et je me soigne en fréquentant des français 😉

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :