Sacré lapin de Pâques…

 

2015-04-09 21.32.20Dimanche dernier c’était le dimanche de Pâques;  le jour où un lapin sans scrupules  offre des sucreries aux enfants dans le seul but de sponsoriser les chocolatiers et de ruiner les parents.
Au Sénégal j’avais eu vent de cette histoire étrange de mammifère mâle qui pond des oeufs en chocolat une fois par an. Je n’y ai jamais cru car elle est invraisemblable. Pour l’incrédule que je suis Pâques est et restera le jour où un homme extraordinaire qui savait marcher sur l’eau est revenu d’entre les morts…

Malgré tous mes efforts pour le maintenir à distance, le lapin de Pâques est arrivé dans ma vie en même temps que les vergetures et la cellulite quand je suis devenue maman, balayant au passage la majorité des principes d’éducation hérités de mes parents. En effet, dans la famille où j’ai été élevée,  on croit à la science chrétienne, on ne ment pas aux enfants et on ne les couvre pas de cadeaux sans raison. Avoir son diplôme avec mention par exemple, n’est pas une raison valable pour faire un cadeau. J’avais beau essayer de leur soutirer de l’argent   négocier quand j’avais un 10 sur 20 en maths de très bonnes notes , mes parents refusaient catégoriquement. Ils m’ont toujours dit qu’ils n’avaient pas à me faire un  cadeau pour des diplômes que je n’avais pas eu pour eux. Ils prennaient aussi grand soin de me préciser que je n’avais aucun mérite contrairement  à eux qui étaient premiers de  la classe durant toute leur scolarité.  Je sais pertinement que mes parents sont des gens très brillants, je n’ai aucun doute là dessus.  Je dois cependant avouer que j’ai encore du mal à croire à cette histoire de premier de la classe. D’autant plus qu’ils changeaint toujours de sujet (non sans m’avoir  préalablement traitée de petite insolente) quand je demandais à voir leurs relevés de notes…

Enfin bref, même si Mam’zelle Gaou sait pour l’instant qu’elle doit travailler fort à l’ecole pour faire comme papa et maman qui étaient les meilleurs de la classe dans toutes les matières,  je ne peux pas toujours appliquer à la lettre l’éducation que j’ai reçue.  Même si je voulais,  ses petits copains de l’école et ses grands-parents seraient là pour me mettre des bâtons dans les roues.

En bonne petite occidentale gavée aux cadeaux inutiles et aux fêtes commerciales qu’elle est, Mam’zelle Gaou attendait Pâques de pied ferme. Elle s’est appliquée  à être plus sage que jamais.

Avant d’arriver au Canada elle allait souvent  faire la chasse aux oeufs avec ses arrières grands-parents à Angoulême. Ce lapin là était vraiment inconsequent généreux. Même si une bonne partie des douceurs récoltées disparaissaient dans le ventre de Mr Gaou comme par magie , il lui restait du chocolat pendant plusieurs mois.

Tous les ans c’est le même cinéma, on redouble d’originalité et on met un temps fou à cacher les oeufs; elle les trouve et les devore en 5 minutes.

Cette année,  j’ai hérité de la casquette de lapin.  Moi qui n’aime pas le chocolat, je devais porter seule la lourde responsabilité du gavage pascal.

Je me suis organisée comme une professionnelle:

– chocolats achetés sous son nez sans qu’elle ne s’en rende compte

– briefing sur la nécessité de faire la grasse matinée au moins jusqu’à midi pour laisser du temps au mammifère ovipare (que celui qui n’a jamais rêvé de dormir plus de 6h d’affilée depuis qu’il est parent me jette la première  pierre)

– chantage affectif les jours précédents l’événement: si tu n’es pas sage le lapin ne viendra pas

Tout était parfaitement orchestré pour accueillir la crise de foie , le lapin. Sauf que ce crétin de lapin a complètement oublié un détail,  une broutille insignifiante…

Le jour J, nous avons été réveillés aux aurores par les pleurs d’une mam’zelle Gaou qui a bien pris soin de justifier le non respect de la consigne grasse matinée  par un vulgaire « je n’ai pas vu l’heure… »;  avant de dire entre deux sanglots : « Il est 7h du matin et le lapin n’est toujours pas passé! Il m’a oubliée! »

Je m’apprêtais à lui demander comment elle pouvait savoir l’heure qu’il était lorsque j’ai réalisé avec horreur qu’être parent ce n’est pas que du bonheur, que cet abruti de rongeur, avait oublié de cacher les chocolats la veille.

J’ai puisé dans mon imaginaire de mère indigne et je lui ai menti avoué que le lapin ne viendrait qu’après son bain. Après m’avoir lancé un regard sceptique, elle a filé sous la douche laissant ainsi au lapin un peu de temps pour faire son dur métier et sauver in extrémis son âme d’enfant…

Finalement, le lapin c’est comme Pâques, c’est sacré!

 

 

 

 

Publicités


Catégories :Gawazeries

Tags:, , , ,

9 réponses

  1. La poulette est sortie 3 fois SOUS la pluie en se plaignant que le lapin n’était pas encore passé… De mon temps, c’était les cloches qui pondaient, pas les lapins !!! Bref, on a fini par l’envoyer dans sa chambre sous un prétexte bidon pour jeter des poignées d’oeufs dans la pelouse… trempées par la pluie… et qui fait au moins 10 cm de hauteur… Dans 1 mois, on en retrouve encore ! Mais la poulette était heureuse (sauf que vu les questions qu’elle pose, je la soupçonne de dire qu’elle croit à ce fichu lapin pour nous faire plaisir… si, si ^^)

    • Ils sont téméraires à cet âge là! Oui c’est vrai qu’il y a une histoire de cloches aussi. De toute façon toutes les excuses sont bonnes pour manger du chocolat… quand on aime ça.😊
      PS: J’ai lu le billet de ton homme et j’ai beaucoup aimé 😊

  2. C’est trop mignon, j’adore ! Ca me rappelle il y a quelques années, ma petite soeur, qui devait avoir 5 ou 6 ans (j’ai 16 ans d’écart avec elle), toute contente d’avoir perdu une dent, prévient la maisonnée in extremis, qu’elle va se coucher en mettant sous son oreiller sa dent pour que la petite souris passe.
    Panique à la maison car il est trop tard pour acheter un cadeau. Par chance, ma mère trouve un cahier de coloriage neuf dans ses affaires et me demande d’aller le glisser sous l’oreiller de ma soeur pendant son sommeil.
    Mais le lendemain matin, ma petite soeur déboule dans ma chambre en pleurs : « La petite souris a pris ma dent et elle m’a même pas laissé de cadeau ». Surprise qu’elle n’ait pas vu le cahier de coloriage, je me lève et l’accompagne dans sa chambre à la recherche du disparu. Et en effet, il avait glissé pendant son sommeil derrière son lit. Je brandis le cahier victorieuse, et elle de me répondre agacée « Mais non, ça c’était dans la chambre de papa et maman, je ne sais pas ce que ça fait là ». Et les larmes jaillissent de plus belle. Aïe. Bon là, il faut réfléchir vite.
    Je prétexte donc un tour au petit coin avant de revenir résoudre cette affaire avec elle pour de bon, et file à l’anglaise dans ma chambre prendre quelques pièces dans mon porte-monnaie que je glisse discrètement en revenant, à l’intérieur de sa taie d’oreiller en faisant mine de chercher sérieusement avec elle où la petite souris avait bien pu cacher son cadeau. Et quelques instants plus tard, elle entend le bruit des pièces qu’elle déloge de sa taie et s’exclame « Ah ! Mais il était là mon cadeau ! Mais cette souris n’est vraiment pas très intelligente, c’est SOUS l’oreiller qu’il faut mettre le cadeau, pas DANS l’oreiller ! ». Sourire jusqu’aux oreilles. La journée peut commencer. Et ça a valu un bon fou rire à mes parents quand je leur ai raconté.

    • Oh c’est trop mimi ton histoire. J’en ai eu une belle aussi avec la fée des dents que ma fille trouvé radine😂
      J’en ai parlé il n’y a pas longtemps!
      Merci pour ton commentaire.

  3. En France, c’étaient les cloches de Pâques qui passaient, et comme en général ça tombait pendant les vacances, c’était chasse au chocolat avec une épuisette (oui, bon, la Bretagne c’est près de la mer, hein). Mon père les cachaient souvent trop bien, il en oubliait!

    Ici euh… on a laissé la garderie faire la chasse. C’est à dire quand, en snowsuit, je ne me voyais pas cacher les oeufs dans la neige. Remarque, le chocolat n’aurait pas fondu…!

  4. Le lapin a trop bien caché un œuf chez nous, impossible de remettre la main dessus. Et donc, PrincesseChipie, la seule qui est sense y croire (Toddler5 est trop petit): bon, ça va maman, tu l’as mis où?. Je suis déçue (et je ne me souviens pas du tout ou je l’ai mis.)

  5. J’adore ! Je vous ai bien imaginé et j’ai rigolé tout le long ! Chez nous ce sont les cloches qui sonnent et dispersent les cloches dans les jardins en carillonnant (peut-être un rapport à la messe et à Jésus ?). Heureusement Michoco du haut de ses deux ans trois mois a des exigences encore faibles, je m’en suis tirée donc haut la main cette année mais j’ai bien remarqué qu’il n’a ni les yeux dans sa poche, ni les deux pueds dans le même sabot… il va donc falloir que je me mette au point très vite car je tire la même conclusion que toi… c’est sacré !!!

  6. Hi hi hi hilarant. Très futée tout de même hein Mzelle gaou. Mais, beau rattrapage. Ici, je l’ai tout simplement zappé. Et oui! C’est désormais notoire. Je suis une mère indigne😊.

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :