Made in Canada

canadianUne des choses qui m’a frappée en arrivant à Toronto c’est le côté patriote des gens. Alors quand je parle de patriotisme, le mot a une connotation positive, je ne fais pas référence au concept étrange sur fond de discours racistes négatifs sur les étrangers dont certains politiciens incompétents ont fait leurs fonds de commerce. Je parle de l’amour de la patrie, le vrai. Attention, je ne dis pas que les habitants des autres pays où j’ai habité n’aiment pas leurs pays. Je dis juste qu’au Canada cet amour du pays, cette fierté est palpable, elle se ressent et ils n’hésitent pas à l’afficher. C’est difficile à décrire avec des mots…

Les gens accrochent le drapeau canadien sur les maisons, les voitures, les coques de leurs téléphones portables; c’est une attitude tout à fait anodine, qui passe inaperçue ici. Ils rabâchent disent haut et fort à quel point ils sont fiers d’être Canadiens. Même si j’ai parfois l’impression que les Canadiens en font des tonnes exagèrent dans la positive attitude  dédicace à Raffarin et aussi à Lorie parce-que c’est le weekend  je ne peux m’empêcher d’admirer l’enthousiasme dont ils font preuve quand ils parlent de leur pays.

Au bureau dès qu’il y a un micro évènement, il y a forcément quelqu’un qui va trouver le moyen de glisser un drapeau canadien dans la décoration. Même si l’évènement n’a aucun rapport avec le Canada. J’ai un collègue qui a carrément le drapeau canadien tatoué dans le cou. Lui sa patrie on peut dire qu’il l’a dans la peau…

Ce qui m’a le plus interpellée c’est cette fierté d’être Canadien que ressentent les immigrants de la deuxième génération, c’est impressionnant. J’ai rencontré des immigrants arrivés ici quand ils étaient enfants, qui ont été élevés dans la culture de leur pays d’origine et qui y sont très attachés. Ils ont parfois des parents qui vivent selon leurs traditions et pourtant ils ont un amour profond pour le Canada et n’hésitent pas à le clamer haut et fort. Je ne dis pas que c’est incompatible. Je suis juste admirative parce que lorsque je suis arrivée en France et que j’ai commencé à fréquenter des Français d’origines étrangères j’ai été choquée d’entendre certains d’entre eux marteler avec une certaine violence voire du dégoût qu’ils n’étaient Français que sur papier. Alors que pour la plupart ils ne parlent pas la langue du pays d’origine de leurs parents et n’y sont jamais allés. Je me souviens plus particulièrement de ce jeune homme croisé dans le RER qui après m’avoir raconté qu’il ne se sentait pas Français pour un sou bien qu’étant né et ayant grandi en région parisienne, était incapable de situer son pays d’origine sur une carte. Il n’y était jamais allé et n’en parlait pas la langue. Même s’il ne sont pas plus doués en géographie que le jeune cité plus haut, je n’ai pas encore entendu ce genre de déclaration venant de Canadiens issus de l’immigration que j’ai croisé, je parle de la 2e génération.

Il ne faut pas être un sociologue émérite pour se rendre compte qu’il y a un vrai échec problème d’intégration en France. La longue et douloureuse histoire qu’a la France  avec ses anciennes colonies n’est sans doute pas étrangère à cette situation. Chaque partie a surement sa part de responsabilité dans cette situation déplorable. Mais c’est quand même scandaleux que des citoyens, nés dans un pays, s’y sentent tellement mal au point d’en arriver à dire qu’ils ne sont que des citoyens sur papier, presque de seconde zone.

Entendons-nous bien, ça ne veut pas dire que tout est rose au Canada ou qu’il n’y a pas de racisme, les différentes communautés vivent certes en harmonie à Toronto mais ne se mélangent pas plus que ça. J’ai aussi rencontré des immigrants qui n’aiment pas le Canada et qui attendent sagement d’avoir la citoyenneté avant de quitter le pays pour de bon.

J’ai remarqué chez mam’zelle Gaou quelques prémices de l’attitude des Canadiens envers leurs pays. L’école la sensibilise beaucoup sur le Canada son histoire, le drapeau, elle a appris l’hymne l’année dernière seulement après quelques semaines de cours. La marseillaise elle l’a apprise grâce aux Bleus et parce que son père se tient debout la main sur le cœur et chante à chaque fois que l’hymne français passe. Rien à voir avec l’école donc. Elle parle du Canada comme étant un grand pays avec une histoire dont il faut être fier, elle sourit et crie «regarde» quand elle voit un drapeau canadien. Ce dernier point est insupportable car quand on sait le nombre de drapeaux canadiens qu’on peut croiser en une journée ici, on peut aisément comprendre que je sois à deux doigts d’avoir un torticoli quand je sors avec la demoiselle. Elle se décrit pourtant comme étant Franco-Togolaise; elle a récemment expliqué avec ardeur en classe que les Québécois n’étaient pas Français mais Canadiens francophones et qu’elle n’était pas Française de France mais Française (et Togolaise) tout court.

Ce qui est assez impressionnant c’est cette manière que les gens ont de vous inculquer l’amour du Canada tout en vous encourageant à maintenir et à entretenir votre patrimoine culturel, votre religion et vos valeurs. Dans mon entreprise ils parlent d’instaurer un défi qui inciterait les gens à venir en tenue traditionnelle tous les vendredis.

Je sais que le Canada et la France ont une approche de l’immigration totalement différente. Ces deux pays n’ont pas de points communs sur ce plan. Mais quand je vois la manière dont les Canadiens issus de l’immigration  parlent de leur pays, je ne peux m’empêcher de me demander comment fait le Canada.

Un de mes collègues avec qui j’en ai discuté m’a dit cette phrase qui illustre ma pensée: «Dans ta maison tu es ce que tu veux, ça ne gêne personne tant que dans la rue tu es Canadien, comme tout le monde

Source de l’image ici

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités


Catégories :Les Gaous au Canada

Tags:, , , ,

13 réponses

  1. Très bel article et j’aime beaucoup la citation.

    Ce qui est difficile en France c’est que notre immigration est basée sur le colonialisme et que la France a parfois tendance à se comporter comme tel, avec cette arrogance impérialiste du genre « Nous les blancs occidentaux, on est quand même meilleurs ». C’est pas dit (quoique les gens ne se gênent plus) mais c’est souvent sous-entendu. Enfin c’est le sentiment que j’ai.

    Et je crois aussi que le Canada aime aussi ses immigrés car ils lui apportent une histoire et une richesse culturelle qu’elle n’a pas vraiment.

    C’est drôle ce que tu dis sur la seconde génération car c’est vrai que mes élèves, même si ils aimaient le Canada, ils se sentaient tout d’abord libanais, congolais, camerounais, égyptiens etc… Je crois que les racines viennent surtout de la famille et de l’éducation, c’est le coeur qui parle. Une élève de 16 ans née au Canada et originaire du Liban m’a dit un jour: » Madame, si il y’ a la guerre entre le Canada et le Liban, je serais du côté libanais. »
    C’est d’ailleurs pourquoi on se pose souvent cette question: » Canada, is it a nation or a notion? »

    Je te laisse sur cette question 😉

    PS: J’aurais aimé rencontrer ta fille!

    • Coucou 🙂 effectivement c’est pas mal ta question! Pour ce qui est de la situation en France, il y aurait énormément de choses à dire /faire. Mon père me dit toujours «seules les montagnes ne se rencontrent jamais.» un jour tu rencontreras peut-être ma fille 😉

  2. Tu viens de mettre les mots sur ce que j’explique sans cesse de mon expérience canadienne et des vécus avec des amis de toutes origines là bas. Tu peux être canadien et franco-togolais (ou autre, etc…) et ce n’est pas un problème, et mieux tu peux être fier des deux en même temps, chose impossible en France car on y confond intégration et assimilation. La phrase de ton collègue résume tout. J’ai aimé ce pays, le Canada, exactement pour cette raison. La principale d’ailleurs. Merci !

    • Hello Bounty Caramel,
      Effectivement c’est différent en France mais on est aussi face à deux cultures et deux histoires totalement différentes. Après comme je dis tout n’est pas rose non plus ici. Il faudrait beaucoup plus qu’un billet pour en parler. Merci d’être passée 🙂

      • Oh je me doute bien que tout n’est pas rose 🙂
        Et tu le dis bien, on a pas la même histoire, etc… il n’empêche qu’on n’arrive pas à dépasser certaines choses ici, et j’imagine idem pour d’autres au Canada. PS : j’aime passer chez toi, c’est chouette ! 😉

  3. Que tu as raison ! Il y a un vrai souci en france avec ça. J’ai l’impression qu’au canada on te fait sentir fier d’avoir le droit d’entrer, d’étudier, de vivre, de travailler, etc. dans le pays. Alors qu’en france c’est toi qui devrais t’estimer heureux ! Dans mes amis canadiens de dakar il y en a qui sont arrivés au canada en étant jeune et c’est exactement ce que tu décris. Même les Sénégalais qui passent 10 ans en france ou 10 ans au canada et qui reviennent, ça n’a rien à voir !!!

    • C’est vrai que pour avoir été étrangère dans les deux pays je vois la différence. Ce qui est assez déroutant c’est que certains jeunes nées en France et n’ayant connus que ce pays s’y sentent aussi mal…

  4. J’ai remarqué la même chose ici, ce doit être anglo Saxon. Les indiens de deuxieme et troisième génération sont très britanniques fiers de l’être. L’union jack est de sortie souvent aussi.

  5. Mes impressions sur le sujet ont été semblables lorsque je suis arrivée aux USA. Du plus pauvre au plus riche, un américain est fier de son pays. Le drapeau hissé tous les jours à l’école et tous les endroits publics mais aussi chez soi surprend le français en visite. The Pledge of Allegiance récité en classe crée il me semble une unité entre les citoyens. Comme au Canada, les Etats Unis ont leurs problèmes et le patriotisme n’est pas la solution magique. Mais il reste quelque chose de fort qui unit. Mes enfants, tout comme Mini Gaou, ont appris très vite le Pledge et toutes les autres chansons patriotiques et si ils ont (un peu) l’esprit critique parce que papa et maman leur ont appris à ne pas tout avaler sans réfléchir, je me garderais bien de trop critiquer les USA car leur sentiment d’appartenance est grand. Joli billet qui résonnera chez ceux qui habitent un pays anglo saxon car je crois que ce sont les résidents de ces pays qui en sont les plus fiers.

    • Ah le manque d’esprit critique ici je pourrais écrire des pages sur le sujets. Les enseignants ici me disent souvent que ma fille a tendance à argumenter quand elle n’est pas d’accord un peu comme si c`était un défaut. Merci d’être passée 🙂

  6. C’est fou ce que certains peuvent être aussi fiers de leur pays et en même temps sous d’autres cieux, d’autres sont prêts à renier leur terre natale…

    Question de culture? de politique? d’éducation? Je ne peux répondre.

    On est chez soi sur la terre qui nous accueille… 🙂

    • Oui c’est vrai que certaines personnes qui vivent à l’étranger sont très durs avec leur pays d’origine. Mais ce qui me dépasse c’est vraiment ce mal-être qui existent chez des gens qui sont nés et n’ont connu que la France…
      Merci d’être passée 🙂

Laisse petit mot pour lancer les palabres !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :